mercredi 30 janvier 2013

The Feeling Of Love - Open Heart, Open Tuning - Interview (eng) 1/3

Pic ©Pascale Cholette

Lien version française

We started to really listen to The Feeling Of Love since their last album, Dissolve Me (Born Bad / Kill Shaman)and they have become fascinating. With a discography becoming more and more cult, this project that Guillaume Marietta started by himself (after his debuts with AH Kraken) constantly evolved and tends, in our view, to find its ideal shape, both on record and during their powerful and excellent live acts. They are also to release a new album Reward Your Grace (Born Bad Records) on which we'll hear them experimenting in studio. This is going to be one of the highlights of the year and here is a first glimpse of it “Julee Cruise”:

This interview was lead on the last 10th of December, at Le Point FMR, and is the first part of a three acts interview. This night, The Feeling Of Love played with White Fence for what was one of the best shows of 2012. We had the great opportunity to meet all of them, first each on their side and then altogether during a crossed interview. We start with Guillaume, from The Feeling Of Love .
(Part II here, Part III here)

Pic ©Pascale Cholette

x What about the forthcoming album, Reward Your Grace?

Guillaume :(thinking), well, when JB from Born Bad Records heard it, he said that it was something more peaceful, calm, brighter, less dark than the former ones.
He isn't wrong, the compositions are a bit more pop, this has more to do with the « song » format. Also the big change is that I stopped playing in open tuning. I have now a classic tuning and it allows me to have slightly neater sound and songs, with more harmonies in it... We had been thinking of this for a while, like doing more « real songs ».
Whereas in the beginning, it was the total opposite. We really were in an anti-song process. I didn't want any verse or chorus, or catchy riffs. Here, it's the contrary; we've done something more « classic ».

x Is there something, a theme, that's coming from it? I read that your previous albums were about (mostly) sexual frustration for Petite tu es un hit, submission and death for Ok Judge Revival and death and disappearance for Dissolve me.

G: Well it's complicated to picture a theme out of this one. I see things more while taking a step back. But it's basically the same thing every time, because it's mostly about love in the end.
I have a way of talking about it that is more focused on frustration, deception, things like that. I'm also kind of haunted by death, and this is why I play music.

When earlier you were asking about why I was doing such a lot of stuff, it is because being reactive gives me the impression of being alive. Producing or recording albums is some sort of material proof of your existence.
It's only because I'm scared actually. If I die, this would stay, in case of.
And since Dissolve Me came I have become a father, I had a little girl... this also changed me a lot.

x So do you think this has an influence?

G : Well JB thought it was perceptible, this too. He also had a child at the same time. I don't know how it influences me but there is maybe more of a fighting spirit on this album.

x Because of raising a child?

G : Maybe, but I don't want to do any cheap psychology like « Why did you paint that picture? - It's because I lost my mom when I was 2... » Then you stand here like « Wow » and everybody falls into tears. I have had really tough times in my life but I don't want to say things like this album came from me losing my brother and the next album came when I had my daughter... Even if it is certainly connected, as you nourish your art from your life and background.

x Is this a good album?

G : I think so, yeah!

x The way you play music, this tribal feeling it gives, the seeking of some sort of trance, is it always something that you're looking for and where does it come from?

G : I think that a good rock album or performance is the one which is gonna blow your mind.
There are many ways of doing this, but the one we love, all three of us, is indeed this hypnotic, tribal side that I found on my own when I was deep down into blues.
I love those very simple blues pieces when you only have three or four tunings, and it goes round and round and everybody starts dancing and this one guy is here, singing his lyrics, quite short lyrics, but he's going to repeat and repeat it again and again, and it starts to make sense, and this is the effect it gives...
And the tribal music, psychedelic music, krautrock or whatever, are also able to bring that so we went naturally to this direction because we like when you’re tripping with music.

It's also may be because we are really bad dancers and we don't know how to dance rock and roll and twist stuff... We don't know how to make people dance, so the only way we have is to throw them a big badass trance in their face (laughs).
It's maybe the reason. I don't know but it's how I like music, this is how I feel when I listen to the Velvet Underground, Spacemen 3, Neu, Can, or other stuff like this.

x We can also find this tribal thing on your album covers...

G: I'm very fond of art brut. I pretty much love naive stuff and I had a period, mostly at the time of “OK Judge Revival”, when I bought a book about the art of the Mithila (a province in India). Women are drawing on rolls to create a frieze, a repetitive floral pattern. And there’s always things like gods and animals involved...
There is a super effective visual impact, it's direct, and there are always those tiny repetitive patterns that come and go and come back again.
It's basically like in our music. You go with a pattern that you're gonna repeat several times. First, it might look very seductive, but then you gonna start to question about some specifics, the grain, the keyboard, the sound itself, the effects…

x Could you tell what kind of imagery you’re close to, and for example which kind of cinema you like?

G: Well, it's obvious that our generation has been much influenced by David Lynch.
We were all blown away when we watched Mulholland Drive or Lost Highway, or when we discovered the older ones like Twin Peaks, Eraserhead, as well.
So yes, this was a big influence.
And what's cool with him is that he knows how to use the music in a classy way. When he'd put some rock songs, it was never randomly, always on purpose, not to fill in the blanks, it'd really make sense. He'd always choose the best songs.
And when you'd see those movies in theaters, the images as well as the music would grab your guts. There is truly some sort of body aspect, intellectually of course, but also physically when you'd go watch his movies.
It’s exactly what you can feel standing at a rock performance.

x When I think of FOL, I think about the color red…

G : G: There is this image of the curtains in Twin Peaks with the pattern on the floor of the Red room, it's wonderful... And Julee Cruise, when you see her singing on stage... Well, this scene is beautiful.

x I'm getting back to the blues and your influences regarding that. Is the « black music » really something which you carry along with you?

G: Well I think that from the moment you get involved in Rock and Roll, you need to go through this.
There is this common idea that everything comes from blues. It's a bit cliché but it's not entirely wrong.
Although, it's really interesting reading Nick Toshes books in which he demystifies things a little bit.
He is really talking about the bond between black and white music and how each took from each other. And there also was this commercial aspect, not only considering the artsy side of it, but at one point the guys said « Hey dudes, we need to eat, we need to play, we need to make people dance. »
Blacks needed to make the whites dance, because that was where the money was, in return whites needed to « blacken » their culture to look like a bit more authentic.
I'm not listening that much to blues anymore, but I was a big listener, mostly when the Fat Possum label started reediting and rerecording all those old guys from the Delta when they were still alive.
I listened to that a lot and also older stuff like Skip James, Son House, Blind Willie Johnson, but I always preferred the guys with the purest sound. I'm not really into blues bands. I prefer when it's only a voice and a guitar or it has to be really raw.
I also prefer slender voices, like Skip James or Blind Willie McTell. Sometimes they almost sound like girls. Muddy Water and his big balls distorted blues is not really my thing.

x And more rock and roll stuff like Ike Turner for example?

G: Ah, Ike Turner, yeah true, it's also cool, and those deep voices like Howlin'Wolf, it’s killing me. Blind Willie Johnson also has a deep voice.
Well let say that I like the blues when it’s floating and light, not when they're like « Hey baby, I'm a male! », at last they all say that (laugh) but I prefer when they say « I'm a male but I'm also a little gay » even if homosexuality is not really a topic here. I like it fragile.

x You are among those « curious » bands. Classical music for example, that might be something you listen to?

G: Yes, I listened to it a lot. My brother was a big classical fan. I was mostly listening to what he would advise me. My mother was also a lot into it, so I started by rejecting all that. When I was a child, when my mother put it loud, I was like « Mum, turn that down it's lame! » and then, one thing led to another and we got interested of it.
I can't really drop names because that's not very much my field but I like when it's romantic, when it takes your body and soul. But there are so many things for each composer. I could say that I like this one guy but what have I listened to, may be two pieces?
And some stuff are totally not understandable for me. For example, I'm going to listen to the beginning of symphony and then, they it becomes something else and I lose the track of it. I can't understand the structure of it... But with a rock song, it's all crystal clear, why, who does what. I get lost in classical music... and this is super interesting.

x In your imagery, the 90's are really present, on your covers, etc. It reminds me of some frustrating years. Is it something you think positively on or not?

G: It's a frustration time because it's linked to our teenage years. At one point, you’re gonna have a hard time, you’ll sometimes find yourself on the ground, but you're going to move on and build yourself up from those failures.
Actually I always need a time to process, and then I can speak about what happened before.
Why am I still stuck in the 90's? I don't really know.
It also comes from my art studies, so I just used, who are for me and for many french people, the two main symbols of the 90's, Kurt Cobain and Michael Jordan. If I was older, it would have been the Beatles and the Stones. But we had Nirvana and the Chicago Bulls.
So I don't know, it's some sort of raw material that’s still reliable and still rich of things to develop or to find.


x You have a special bond with the US, where you’ve toured several times and lately with White Fence, Mikal Cronin and Ty Segall... what do people think of you and how do you feel it?

G: It's easy and complicated at the same time. It's easy because it's exactly the same as in Europe. It's just rock bands playing, struggling and sometimes they have better opportunities.
Ty Segall managed to get out of this tiny garage network and now he's dealing with a much larger audience.
For those who are into it, some blogs like Terminal Boredom or similar fanzines, there is no problem, we belong to the same scene, they've followed us for years now and even write about our first 7''.
When we've played on bigger stages in Los Angeles and San Francisco, there were many people who had never heard about us but they loved it. So this is cool, this is why you tour, to travel, to discover...
We have this chance to not be a 100% french band. Most of the bands that earn a bit of money with what they do in France, well they do it in France.
Maybe we are less known, we earn less, but we play everywhere, and this is a good thing, even if we have to play in bars (laughs).

x What is your “feeling of love”?

G : As a concept? (laughs) Love is an infinite quest? L'amour is an everyday job! I don't really know what to say about it, I'm bad at love, so i'd be of poor at giving advice. But as I'm a father since not so long ago, I just discovered some kind of love and it's strong. I feel like it’s a cliché, but it's really intense. (laughs)

x So Feeling of Love is a good name after all?

G: Yeah, as time passes, I must say that I more and more believe that we have a good name... (laughs)

- The Feeling Of Love – New Album "Reward Your Grace" (Born Bad Records ), will be released on march or april 2013
- Link to the discography here
- Link FB, Twitter
- They’ll play:
Feb 2d @ Gazteszena in San Sebastian w/ Veronica Falls
Feb 9th @ La Carène in Brest w/ Frustration
Feb 16th @ La Route Du Rock Hiver in St Malo (w/ John Cale, etc...)
March 1st @ La Bobine in Grenoble

B / FGC, Big thank to JL & A

mardi 22 janvier 2013

The Feeling Of Love - Open Heart, Open Tuning - Interview 1/3

Pic ©Pascale Cholette

English version's link here

On a vraiment commencé à écouter The Feeling Of Love à partir de leur dernier album, "Dissolve Me" (Born Bad / Kill Shaman), et ils sont devenus passionnant. Avec une discographie qui devient au fur et à mesure culte, le projet que Guillaume Marietta avait commencé en solo il y a quelques années (après les débuts avec AH Kraken) a constamment évolué et trouve aujourd’hui, à notre goût, sa forme idéale, que ce soit sur album mais aussi lors de leurs lives fameux et puissants. Le trio va bientôt passer à quatre et on attend avec impatience de voir la nouvelle formation à l’œuvre. Ils vont bientôt sortir leur nouvel album intitulé "Reward Your Grace" (Born Bad Records) pour lequel ils ont notamment pu expérimenter en studio. Ce sera à coup sur l’un des moments forts de l’année et voici un premier extrait "Julee Cruise":

Les messins seront aussi en concert sur de beaux événements de ce début d’année 2013, le 26/01 au Festival Mo’Fo 2013 à Mains d’Oeuvres et le 16/02 à la Route du Rock Hiver (St Malo) entre autres.

Cette interview a été réalisée le 10 décembre dernier au Point FMR et fait partie d’un feuilleton en 3 parties. Ce soir là, Feeling of Love jouait avec White Fence. Ce fut d’ailleurs l’une des meilleurs soirées/concerts de 2012. On a eu la possibilité de rencontrer tous les protagonistes, d’abord seuls et à travers une interview croisée. Vous trouverez le lien de la deuxième partie ici et celui de la troisième ici.
 On commence par notre rencontre avec Guillaume, The Feeling Of Love.

Pic ©Pascale Cholette

x Alors, le nouvel / prochain album, Reward Your Grace?

Guillaume : (réfléchis), et bien JB de Born Bad, quand il l’a écouté, a dit que c’était quelque chose de plus posé, assez lumineux, moins dark par rapport aux précédents.
Il n’a pas tort, effectivement les compositions sont un peu plus pop, on se rapproche plus du format chanson. Le gros changement également est que j’ai arrêté de jouer en open tuning. J’ai donc un accordage classique maintenant et ça me permet d’avoir des chansons un peu plus travaillées, avec plus de changement d’accords… C’était quelque chose qu’on avait en tête depuis un moment, faire plus des « chansons ».
Alors qu’au tout début, c’était l’opposé. J’étais vraiment dans une démarche anti chanson. Je ne voulais pas de couplets, je ne voulais pas de refrains, pas trop de riffs accrocheurs. Alors que là, au contraire, on fait des choses plus « classiques ».

x Est-ce qu’il y a un thème qui en ressort? J’avais lu que vos précédents albums évoquaient (entre autres) la frustration sexuelle pour Petite tu es un hit, la soumission et la mort pour Ok Judge Revival et la mort et la disparition pour Dissolve Me.

G : C’est difficile, là, de sortir un thème. C’est plutôt avec le recul que je vois les choses. Mais c’est grosso modo toujours un peu les mêmes dans le sens où cela parle toujours d’amour de manière générale.
J’ai une manière d’en parler qui se focalise plus sur les frustrations, les déceptions, les choses comme ça que ça peut amener.
Je suis aussi assez hanté par la mort, c’est pour ça que je fais de la musique.

Quand tout à l’heure tu demandais pourquoi je faisais plein de trucs, c’est parce que en étant réactif ça me donne l’impression d’exister. Et sortir des disques, c’est une espèce de preuve matérielle de ton existence…
C’est juste parce que je flippe en fait. Si un jour je meurs, voilà, il y aura toujours ça qui va rester au cas où.
Et depuis que Dissolve Me est sorti, je suis devenu père, j’ai eu une petite fille… donc ça m’a forcément aussi changé.

x ça a une influence ?

G : Et bien JB trouvait que ça se ressentait, ça aussi. Il a d’ailleurs aussi eu un enfant entre temps. Je ne sais pas comment ça m’influence mais il y a peut être effectivement un aspect plus combatif sur le disque.

x Du fait de devoir élever un enfant ?

G : Peut être, après je n’ai pas non plus envie de faire de la psychologie du genre « pourquoi as-tu peint ce tableau ? c’est parce que j’ai perdu ma mère à 2 ans »… t’es là genre ah, puis tout le monde verse une larme.
J’ai eu des trucs vraiment bourrins dans ma vie mais j’ai pas envie de dire que l’album là, c’est quand j’ai perdu mon frère et l’album d’après, c’est quand j’ai eu ma fille… même si c’est forcément lié, tu te nourris forcément de ta vie.

x C’est un bon album?

G : Je pense qu’il sera bien ouais !

x Votre façon de jouer de la musique, le côté un peu tribal, la recherche d’une certaine transe, est ce que c’est toujours quelque chose que vous recherchez et ça vient de quoi ?

G : Je crois qu’un bon disque de rock ou un bon live de rock, c’est celui qui va te foutre une claque.
Tu as plusieurs manières de le faire mais celle qui nous plait, à tous les trois, c’est effectivement ce côté tribal et hypnotique que j’ai trouvé quand j’étais tout seul, dans le blues.
J’adore ces morceaux de blues ultra simples où tu as trois ou quatre accords et ça tourne et ça tourne et puis tout le monde se met à danser et puis le gars il est là, il raconte son texte qui est assez court mais il va le répéter plein de fois puis ça se met en rang tout doucement et ça fait cet effet là…
Et la musique tribale, la musique psyché, le krautrock tout ça, sont des choses qui permettent tout ça aussi donc on y est venu naturellement parce qu’on aime ce côté où tu tripes devant la musique.

C’est peut être aussi car on est des mauvais danseurs et que du coup, on ne sait pas danser le rock and roll, le coté twist etc… On ne sait pas faire danser les gens donc l’autre manière qu’on a de les faire bouger c’est en leur foutant une transe dans la gueule. (rires). C’est peut-être ça, j’en sais rien mais c’est comme ça que j’aime la musique. C’est ce que ça me fait quand j’écoute le Velvet, les Spacemen 3, Neu, Can ou des trucs dans le genre…

x Ce côté tribal, on le retrouve aussi par rapport à vos pochettes…

G : J’aime beaucoup l’art brut. J’aime beaucoup les trucs assez naïfs et j’avais une période, surtout à l’époque de OK Judge Revival, où je m’étais acheté un bouquin sur l'art du Mithila (qui est une région en Inde). Ce sont des femmes qui font ça, sur des rouleaux, elles dessinent et font toutes ces frises ultra répétitives et florales. Et il y a toujours des animaux, des divinités…
Il y a un impact visuel super efficace, direct, au niveau du graphisme et des couleurs et puis il y a toujours ces petits motifs répétitifs qui reviennent, qui reviennent…
C’est un peu comme notre musique aussi. Tu choisis un motif que tu vas répéter plein de fois. Il y a un aspect séducteur de prime abord et puis si tu rentres dedans, tu vas arriver dans les détails, faire attention au grain, du son, du clavier, aux effets…

x Est ce que tu peux me parler un peu de ce que tu aimes au niveau cinématographique, et qui peut être lié à votre univers visuel / imagerie ?

G : Ben c’est sur que notre génération a été vachement influencée par Lynch.
On s’est tous pris une claque dans la gueule quand on a vu au cinéma Lost Highway, Mulholland Drive… et qu’on a découvert les plus vieux comme Twin Peaks, Blue Velvet, et Eraserhead aussi, forcément.
Donc ouais ça nous a marqué.
Et ce qui est cool avec lui c’est qu’il inclut la musique dans ses films et de manière classe. Quand il mettait un morceau de rock, il n’était pas là au hasard, pas pour meubler, ça avait vraiment du sens. Il choisissait toujours les supers bons morceaux.
Et quand tu allais voir ses films en salles, tu avais autant l’image que le son qui te prenaient au corps. Il y a vraiment un aspect corporel, intellectuel bien sur, mais aussi corporel quand tu vas voir ses films. Ce que tu peux ressentir quand tu vas voir un concert de rock.

x Quand j’imagine FOL, c’est très rouge par exemple.

G : Il y a cette image des rideaux dans Twin Peaks avec le motif sur le sol dans la red room, c’est super beau… Et Julee Cruise, quand tu la vois chanter sur scène... Enfin voilà, cette scène là est magnifique.

x Je reviens sur le blues et tes influences par rapport à ça. Est ce que la musique noire est vraiment quelque chose qui fait partie de ton bagage ?

G : Et bien je pense qu’à partir du moment où tu t’intéresses au rock and roll, tu es obligé de passer par là.
Il y a cette idée commune que tout vient du blues. C’est un peu cliché de dire ça mais je pense que ce n’est pas faux non plus.
Après, c’est très intéressant de lire les bouquins de Nick Toshes où il démystifie un peu la chose.
Il parle vraiment du lien entre la musique blanche et la musique noire, de comment chacun s’est influencé et est allé piocher chez l’autre. Il y a aussi l’aspect commercial de la chose car il n’y avait pas que le côté artistique mais aussi le: « les gars faut qu’on bouffe, va falloir aller jouer, va falloir qu’on aille faire danser les gens ».
Les noirs devaient aller faire danser les blancs car ceux-ci avaient le pognon et les blancs devaient mettre un peu de touche noire dans leur musique pour avoir l’air un peu plus authentique…
Bon, le blues, j’en écoute moins maintenant mais à une époque j’en écoutais énormément, notamment au moment où le label Fat Possum commençait à rééditer et réenregistrer tous ces vieux mecs du Delta qui étaient encore vivants.
J’ai beaucoup écouté ça et aussi les trucs plus vieux comme Skip James, Son House, Blind Willie Johnson. Mais j’ai toujours préféré les mecs qui avaient le son le plus épuré possible. J’aime moins quand c’est en groupe. Je préfère quand c’est juste une voix et une guitare, ou alors quand ça reste vraiment sec.
Je préfère aussi en général quand ils ont des petites voix fluettes, comme Skip James ou Blind Willie Mctell. Ils ont presque des voix de filles parfois. J’aime pas trop quand c’est vraiment gros blues « couillu » comme le son Muddy Waters, avec à blinde de disto…

x Et les trucs plus rock and roll comme Ike Turner par exemple ?

G : Ah Ike Turner c’est vrai que c’est cool aussi, et puis effectivement les grosses voix, Howlin’ Wolf, il défonce. Blind Willie Johnson aussi a une grosse voix. Disons que j’aime le blues quand ça reste tendu, léger. J’aime pas le gros blues où ils font genre « Hey baby, j’suis un mâle » enfin ils le disent tous (rires) mais j’aime bien quand ils disent « j’suis un mâle mais j’suis un peu un pédé aussi » même si les thèmes de l’homosexualité sont pas trop abordés là dedans. J’aime bien quand il y a une fragilité.

x Vous faites partie de ces groupes qui sont assez curieux, pas unilatéraux dans les goûts. Du classique par exemple, ça peut être de la musique que tu écoutes ?

G : Oui, j’en ai pas mal écouté. Mon frère était un gros fan de classique, c’est surtout lui qui me faisait découvrir des trucs. Ma mère en écoutait aussi beaucoup donc j’ai commencé par une période de rejet étant gamin, quand elle écoutait ça à blinde. J’étais là « putain maman arrête c’est chiant » et au fur et à mesure on s’est mis dedans.
Je saurais pas trop quoi te citer comme nom car je suis pas très pointu là dessus mais j’aime les trucs qui prennent au corps, au cœur et assez romantiques. Mais il y a beaucoup de choses, chez chaque compositeur. Je vais pouvoir te dire j’aime bien ce gars là mais en même temps j’ai écouté quoi, 2 trucs de lui ?
Et puis il y a certaines choses que je ne comprends pas en classique. Par exemple je vais écouter le début d’une symphonie, et tout d’un coup ils vont partir dans un truc, et là je vais pas comprendre pourquoi, comment ils structurent ça… alors que pour un morceau de rock je comprends, pourquoi, qui fait quoi. La musique classique, ça me perd… et c’est super intéressant.

x Dans votre univers, on retrouve aussi beaucoup le thème des 90’s, dans vos pochettes etc… ça m’évoque aussi une époque de frustration. C’est quelque chose auquel tu repenses avec plaisir ou pas ?

G : C’est une période de frustration car c’est lié à l’adolescence. Forcément c’est un moment où tu vas t’en prendre plein la gueule, tu vas te ramasser les dents par terre, tu vas te construire aussi par rapport à tes échecs.
En fait, j’ai toujours une période de digestion et je vais toujours me mettre à parler de choses qui se sont passées avant.
Pourquoi je suis resté bloqué sur cette période là ? Je ne sais pas exactement.
Ça vient aussi de mon travail que j’ai effectué quand j’étais en Arts Plastiques et donc j’ai repris les deux figures emblématiques des années 90 qui pour moi, et pour beaucoup de français je pense, étaient Kurt Cobain et Michael Jordan. C’est un peu comme les gens plus vieux qui pouvaient avoir les Beatles et les Stones. Nous on a eu Nirvana et les Chicago Bulls. Donc je ne sais pas, c’est une espèce de matériau primaire sur lequel tu peux encore revenir, aller chercher des trucs, développer…


x Vous avez une relation spéciale avec les US où vous avez tourné plusieurs fois et notamment dernièrement avec White Fence, Mikal Cronin, Ty Segall... Vous êtes perçus comment et vous le percevez comment?

G : C’est simple et compliqué. C’est simple car c’est pareil qu’en Europe car c’est juste des groupes de rock qui jouent, qui galèrent ou qui parfois ont l’opportunité d’avoir de meilleurs plans.
Ty Segall a réussi à sortir un peu de ce petit réseau garage et maintenant il touche un public plus large. Pour les gens qui s’y connaissent par exemple, des blogs comme Terminal Boredom ou des fanzines dans le même genre, il n’y a pas de soucis, on fait partie de la même scène, ils nous connaissent depuis des années, ils ont chroniqué FOL dès le 1er 45 tours.
Après effectivement quand on a fait des plus grosses salles à San Francisco ou Los Angeles, y’avait plein de gens qui n’avaient jamais entendu parler de nous et qui ont bien aimé. Donc c’est cool, c’est pour ça que tu tournes, c’est aussi pour voyager, pour découvrir ...
On a cette chance même si ça peut être un handicap aussi, de ne pas être un groupe uniquement franco-français. La plupart des groupes français qui marchent et se font de la thune et qui sont intermittents avec leur musique, et bien finalement ils tournent essentiellement en France. Alors nous on est moins connus, on se fait moins de blé, mais au moins on joue partout. Je trouve ça plus cool. Même pour jouer dans des bars (rires).

x C’est quoi ton sentiment d’amour ?

G : Au niveau conceptuel ? (rires) L’amour est une quête infinie ? L’amour est un travail du quotidien ! (rires). Je ne sais pas quoi dire là-dessus car en fait je suis assez nul en amour donc je suis piètre conseiller. Mais comme je suis papa depuis pas longtemps j’ai découvert une nouvelle forme d’amour et qui est, putain, assez forte. J’ai l’impression de sortir des clichés mais c’est ultra puissant. (rires)

x Donc c’est un bon choix de nom The Feeling Of Love ?

G : Ouais je me dis au fur et à mesure du temps qu’on a pas si mal choisi que ça… (rires).

- The Feeling Of Love - Nouvel album "Reward Your Grace" (Born Bad Records), sortie mars/avril 2013
- Discographie à choper et écouter par ici 
- Lien FB, Twitter
- Prochains concerts:
Jan 26th @ Mo'fo' Festival in Paris (w/ Holograms, Datsuns etc...)
Feb 2d @ Gazteszena in San Sebastian w/ Veronica Falls
Feb 9th @ La Carène in Brest w/ Frustration
Feb 16th @ La Route Du Rock Hiver in St Malo (w/ John Cale, etc...)
March 1st @ La Bobine in Grenoble

B / FGC, merci à JL

dimanche 20 janvier 2013

The Burger Revolution! Cosmonauts + Pierre et Bastien + Advent Nivid en concert à Paris (Espace B) 08/03/2013 + Concours

Vendredi 8 mars sera l’occasion de proclamer la Révolution Burger à Paris.

Initiée par l’incontournable label californien Burger Records, le principe de la Burger Revolution est d’organiser dans le monde entier des concerts ayant rapport avec leur univers.

A Paris, on peut compter sur le label XVIII Records, le disquaire libraire Pop Culture Shop et l’Espace B pour participer à la fête en programmant quelques fines lames de la scène rock que nous chérissons :

Les californiens de Cosmonauts représenteront Burger Records et viendront nous attiser avec leur rock psychédélique puissant et hargneux.

Ils partageront l’affiche avec les excellents parisiens Pierre et Bastien et Advent Nivid pour cette soirée à ne pas manquer... la révolution est en marche !

Event Facebook

L’ADRESSE : L’Espace B, 16 rue Barbanègre dans le 19e, M° Corentin Cariou / Ourcq
LA DATE : 08 Mars 2013 / 20h00
PAF: 8 euros

Concours terminé.

Nous faisons gagner quelques places pour l'occasion. Envoyez nous vos noms et prénoms à et on vous préviendra quelques jours avant le concert de l’issue du tirage au sort.

lundi 7 janvier 2013

Holograms - The block busters, the interview

©Picture by Dylan Gordon (Dirty Snapshots)

Lien version française

Holograms is certainly one of our favorite crushes of 2012. For those who didn't follow, they are some young folks from the suburbian area of Stockholm expressing themselves through punk music.
It does of course not stop at this, because just after blowing our minds with their first songs (ABC City and Hidden Structure), in the beginning of the past year, we wouldn't have imagined that they could confirmed their talent with a first LP (eponymous), already a classic.
So yes, it brought us back to life and yes they can have at the same time this fire and this freshness of a musical mastery, a direction.
We picture them and this whole youth, going around in circles, locked up in those huge concrete blocks, sometimes as a social maze, or as a weight attached to their foot that keeps them from heading out of the water. Nobody's paying them any attention and that's from where they'll draw their power. If nobody sees them, then they can do what they want, explore what they like without any disturbance of any kind. This is what made Holograms.
It's grey, it's urban, but it changes into colors thanks to some pop touches that cross and melt into their punk rock, krautrock (and many other inspirations) brûlot...

Their album came out last summer on Captured Tracks and they'll be back in France this very month, with a show we're dying for at the Mo'Fo festival, on saturday 26th with many other dream bands (Feeling of Love, Datsuns, etc.).

For the record, we already met them during their first tour in France last May, and logically we went to see them again (last November) for their second show (sold out this time), at L'Espace B. What follows happened just after the show, around a beer and we talked about all and nothing...

“The first show we played was with the Vaccines. And I don’t think anyone came for us… We were like « we’re gonna play another song » and they were like « oh no… » (laughs).”

x I read you like D.A.F (Deutsche Amerikanische Freundschaft) music, could you tell us more about that?

Andreas: For me it was a big influence, in my musical tastes. I started to listen to DAF when I was a teenager (maybe when I was 14 or 15). It’s something about the drive of the music, how they do it, they have like live drums and synthesizers, the sound of it… The synthesizers, the beats, the really simple 2 beats drums, I love that, and the image they have.
But I don’t think it is a big inspiration for us as a band...

x Is it a kind of way you could experiment with Holograms future material?

I don’t think so, but I’m gonna do a synth band with Anton the drummer, who really likes this kind of stuff. He has a band called “I've Become Vapour” which is really good. He’s doing everything by himself. So we’re gonna try to do something like that.
But for Holograms, I don’t know, I don’t think we can do such a big sudden change, but maybe we’re gonna do some more synth drums and we actually bought another synthesizer, a JUNO 60.

x Did you already record new stuff?

Anton: No, not yet but we’re gonna do it as soon as we’re coming back home.
With the same guy as for the LP, he’s like a producer but not … He’s really good … and he has a lot of good ideas. Maybe he will be more motivated because now he knows there is big stake (laughs).

x Your music is surrounded by a lot of symbols (lyrics, titles), what is your though about it?

Ant: It’s a way of approaching to write lyrics. It’s about creating an atmosphere.
And: We never went to university but I’m really interested in a lot of different stuff, I really enjoy that. I read a lot of books and I want to write stuff on thing that interests me, at a personal level and on some things that can evoke emotion. I don’t want to write about generic stuff…
There is the image of Orpheo (greek), ABC city is about the suburbs where I’m living, Monolith is about Le Corbusier, the Swiss architect, I read a lot about him etc.

x Is there a kind of underground scene in Stockholm? I’m thinking about a place like Push My Buttons

Ant: No, not really.
When we were kids, it’s like we played in different youth centers like when you’re not old enough to go to the bar, you go to some place for young kids. That’s where I started to rehearse and that’s where we played our first kind of shows. There, there is really a kind of scene with a lot of crappy bands (laughs).
And: When I was older, like 18/19 years old, I started to go to Thomas and Lotta from Push My Buttons. That’s where we met, at a show actually. They do like everything there. That one is maybe the only scene you could call underground. They were also the first guys who booked us…

x And concerning music labels?

Ant: There are not really indie labels in Stockholm, in Sweden most of them are in Gothenburg. Like Luxxury and stuff. It’s better than in Stockholm for music. It smells like fish over there (laughs), I’m kidding.
Sincerely Yours is also a really good label. If you really are into the music in Sweden, they released lots of big stuff. Like The Tough Alliance, JJ etc…

x Do you feel that there is some kind of a “new“ Nordic punk scene which is emerging these days?

And: No. They have a scene in Copenhagen; a lot of those guys come from the Posh Isolation comp. But we have nothing like that in Stockholm. We really like, Iceage, Lower but most of us didn’t know about them when we started. Iceage have been playing for a long time. I used to talk with them on myspace like 5 years ago or something, when they’re were like 13 years old (laughs) and then we just met like once…

x Last time we met, it was your first tour. Do you have some kind of foggy/weird story about it?

Ant: We have many from that tour… Well, from France, it was a wet story as our car broke down in Nantes.
And: We bought this car one day before going on tour, like for 1000 euros from this like “swedish farmer”. We got all the way down to Nantes, where it’s just started leaking oil, like crazy; you couldn’t drive for ten meters because all the oil went down/out from the car.
Ant: But I would say the best thing about our time in France was in Nantes, we met a lot of really good people we hanged out with… We played at Le Stakhanov, it was the first show where a lot of people came to see us. We played with the locals “Von Pariahs”, maybe that was the reason (laughs). We were stranded for a couple of days because the car didn’t work out and we were supposed to come to Paris to play here at l’Espace B. So we dropped the car off to a garage and we had to go there by train. Then we went by bus to Amsterdam and came back to Paris again. And the bus ride from Paris to Amsterdam was kind of the scariest moment in my life. The bus driver was fucking crazy! He ran and ran red lights all the time driving like he was a fucking racing car driver. The toilet didn’t work in the bus, it was a fucking mess. My god…Then we came back and we stayed here for like a week, at Charles’ place, it was really nice.
Then when the car was finally repaired, the guy from Von Pariahs drove it here because they have to play in Paris. So we were lucky…
Ant: It was our first tour, I think we lost 3000 euros or something. Since then we’ve been bankrupt… That’s the life of a touring band… (laughs)

x I can’t let you without having a word from you about Zlatan Ibrahimović, he’s favorite Swedish guy in France now. Did you read his biography?

Ant: No I haven’t read it, but actually, I worked at a book warehouse, and I packed that fucking book, I lifted like tons of that book… (laughs)
That’s funny because in France you say Zlatan as we do in Sweden but in Italy they say “Ibra”, this is weird. But I’m not really into football, so we should get Anton, our drummer.

And: I really like Zlatan and the funniest thing about him is a documentary about his old team Malmö FF. And he’s like a teenager, and he is so stupid (laughs).
The funny thing is the dialect from Malmö, and there is one scene where he is in a bus and he’s talking about what he’s gonna do if he’d get some money: “I’m gonna buy a Diablo, a purple Diablo, and the license plate will say “TOYS”, (and he translates in Swedish) it means toy in english” it’s so funny…
And then in another scene he’s sitting in a couch in his mother's place. Well it’s funnier in Swedish but anyways, he’s talking about his mom like “when is mom’s birthday, I don’t really know like, how old is she now? fifty? no I don’t know” then he’s like “how many kids did she have? 8? 5?” (laughs).
He’s such a weird guy, but I like him.

They're playing at festival Mo’Fo on saturday 26 of January (event here) and across France and Europe from mid january. 

- Holograms – S/T – (09/07/2012) Captured Tracks 

Big thanks to JL, AE, Dylan Gordon (Dirty Snapshots) for the main pic.

Holograms - The block busters, l'interview

©Picture by Dylan Gordon (Dirty Snapshots)

English version's link here

Holograms c’est assurément l’un de nos coups de coeur 2012. Pour ceux qui n’auraient pas suivi, ces jeunes gens viennent de la banlieue de Stockholm et s'adonnent à la musique punk.
Cela ne s’arrête bien sûr pas là, car après nous avoir soufflé avec leurs premiers titres (ABC City et Hidden Structure), au début de l’année dernière, on ne se serait pas douté qu’ils puissent confirmer avec un 1er LP (éponyme) déjà classique.
Alors oui, ça nous a réveillé, ils ont la fougue, la fraîcheur mais aussi une certaine maîtrise musicale, une direction.
On les sent, eux, comme cette jeunesse, tourner en rond, enfermés dans ces grands blocs de béton, parfois labyrinthe social, parfois boulet au pied qui vous empêche de sortir la tête de l'eau. Personne ne leur prète la moindre attention et c'est de là qu'ils puiseront cette force. Si personne ne les regarde, ils peuvent donc faire ce qu'ils veulent, explorer ce que bon leur semble sans rendre le plus petit compte. C'est donc cela qui donne Holograms.
C’est gris, fulgurant et urbain, et ce gris laisse souvent place à de la couleur grâce à des touches pop qui se croisent et s’entremêlent dans leurs brulôts punkrock, kraut et j’en passe….

Leur album est sorti l’été dernier chez Captured Tracks et ils seront de retour dans toute la France ce mois-ci pour un passage qu’on attend de pied ferme au festival Mo'Fo 2013 (25 au 27 janvier à Mains d'Oeuvres), le samedi 26 avec plein d’autres super groupes (Feeling of Love, Datsuns, etc.).

Pour la petite histoire, on les avait déjà rencontré pendant leur 1ère tournée en France en mai 2012
et on les a logiquement revu en novembre dernier lors de leur 2e tournée et 2e passage (complet cette fois-ci) à l’Espace B.
Ça s’est passé après le concert avec Andreas et Anton (qui chantent et tiennent la basse et la guitare), autour d’une bière et on a parlé de tout et de rien…

« Le 1er concert qu’on a joué pour cette tournée était en 1ère partie des Vaccines… et je pense que personne ne venait pour nous. On disait « On va vous jouer une autre chanson » et le public était là « oh non… » (rires) »

x J’ai lu quelque part que vous appréciez la musique de DAF (Deutsche Amerikanische Freundschaft), vous pouvez en parler?

Andreas: Pour moi c’est une grande influence dans mes goûts musicaux. J’ai commencé à écouter DAF quand j’étais ado, vers 14,15 ans. Il y a ce truc au niveau de la dynamique de leur musique, de comment ils la conduisent. Ils utilisent des synthétiseurs mais de la batterie live, donc le son de tout ça, les synthés, les beats, c’est très basique en 2 temps, j’aime beaucoup ça et aussi la façon dont ils se représentent. Il y a bien sur aussi Kraftwerk qui viennent de Düsseldorf.
Après ce n’est peut-être pas une grosse inspiration pour nous en tant que groupe...

x Est ce que ça peut donner des pistes pour les prochaines chansons d’Holograms au niveau des expérimentations par exemple?

And: Je ne pense pas mais je vais faire un projet “synth band” avec Anton le batteur, qui lui est très branché sur ce genre de choses. Il a déjà son propre projet “I've Become Vapour” qui est vraiment bien et où il fait tout tout seul. Donc on va peut être essayer de faire quelque chose dans le genre.
Mais pour Holograms, je ne sais pas, je ne pense pas qu’on puisse changer autant, mais peut être qu’il y aura plus de synthés différents, pour la batterie par exemple et en fait, on a justement acheté un JUNO 60…

x Vous avez déjà enregistré des nouvelles choses?

Ant : Non, pas encore mais on va le faire dès qu’on rentre à la maison. Avec le même mec que pour notre LP, il est plutôt bon et a de bonnes idées. Peut-être qu’il sera plus motivé car maintenant il sait qu’il y a plus d’enjeu ! (rires)

x On retrouve beaucoup de symboles dans vos chansons (et environnement graphique), c’est voulu ?

Ant: Oui c’est une certaine approche pour les textes. Ça permet de créer une atmosphère.
And: On n’a pas fait de grandes études mais je m’intéresse à plein de choses, en lisant beaucoup par exemple. Mon but est d’écrire sur les choses qui m’intéressent, au niveau personnel mais aussi sur ce qui peut évoquer/ provoquer de l’émotion. Je ne veux pas écrire sur des choses « génériques ».
Il y a par exemple l’image d’Orphée, ABC City parle de la banlieue où l’on vit, Monolith a pour thème Le Corbusier, l’architecte suisse sur qui j’ai beaucoup lu…

x Il y a une scène underground à Stockholm ou pas? Je pense à un lieu comme Push My Buttons ?

Non pas vraiment.
Quand on était gosse, on jouait de la musique dans les centres d’activité pour jeunes en Suède (sorte de MJC), tu fais ça quand tu n’as pas l’âge pour aller dans les bars. C’est en quelque sorte là que tu commences à répéter, à jouer et à faire tes premiers concerts. Là, il y a une sorte de scène musicale avec plein de groupes pourris ! (rires)
Plus vieux (vers 18,19 ans) on a commencé à trainer chez Thomas et Lotta qui tiennent le shop Push My Buttons et organisent des concerts. C’est d’ailleurs à l’un de leurs concerts qu’on s’est rencontré. En fait, s’il y a une scène underground c’est eux qui la font vivre, ils font tout d’ailleurs. Ils sont aussi ceux qui nous ont fait jouer les premières fois…

x Au niveau des labels, c’est pareil?

Ant: Il n’y a pas vraiment de labels indé à Stockholm, ça se passe plutôt à Göteborg, avec des choses comme Luxxury entre autres. C’est plus dynamique là bas qu’à Stockholm d’ailleurs. Ils sentent le poisson là-bas (rires), je plaisante....
Il y a aussi Sincerely Yours, un très bon label, ils ont sorti des bonnes choses comme The Tough Alliance, JJ etc…

x Est-ce que vous sentez une espèce de vague Nordique au niveau de la scène punk, par rapport aux autres groupes qu’on a pu voir émerger récemment?

Non. Ils ont une scène à Copenhague, d’ailleurs pas mal de ces groupes étaient sur la compilation Posh Isolation. Mais on n’a rien de tout ça à Stockholm. On aime beaucoup Iceage et aussi Lower mais la plupart d’entre nous ne connaissaient pas quand on a commencé. Iceage, ça fait un moment qu’ils jouent d’ailleurs, je me souviens que je leur parlais sur myspace il y a, peut être, 5 ans, ils devaient avoir 13 ans (rires)… Et sinon on ne les a rencontré qu’une fois en concert.

x La première fois qu’on s’est rencontré, c’était au moment de votre 1ere tournée qui est réputée pour être la plus galère… vous avez une petite histoire à nous raconter ?

Ant : On en a plein de cette tournée… donc on va dire une histoire qui s’est passée en France, où notre voiture est tombée en panne…
And : On l’avait acheté un jour avant de partir, pour 1000 euros à une espèce de fermier suédois. Elle roulait bien jusqu’à Nantes où elle a commencé à fuir de l’huile de partout. On ne pouvait pas conduire plus de 10 mètre car le moteur se vidait...
Ant : Bon, malgré cette galère on a aussi passé un super moment à Nantes où on a rencontré plein de gens biens avec qui on a pu profiter de l’endroit. On a joué au Stakhanov, et c’était le 1er concert où il y avait un peu de monde pour nous voir. Les locaux « Von Pariahs » jouaient avec nous donc ça explique aussi pourquoi c’était rempli (rires)…
And : La voiture était HS et on devait venir à Paris pour jouer à L’Espace B donc on l’a laissé à un garage et on a pris le train… Après ça il fallait aller à Amsterdam… On a donc pris le bus et c’était franchement l’un des moments de ma vie où j’ai eu le plus peur…. Le chauffeur était complètement dingue, il grillait tous les feux rouges et se prenait pour un pilote. En plus les WC ne fonctionnaient pas, bref c’était un bordel sans nom.
Ant : Ensuite on est revenu à Paris et on est resté quelques jours chez Charles, donc c’était plutôt cool. On a eu de la chance car les Von Pariahs jouaient à Paris et nous ont ramené la voiture….
C’était notre 1ère tournée et je crois qu’on a perdu environs 3000 euros, on est ruiné depuis… C’est la vie… (rires)

x Je ne peux pas éviter le sujet Zlatan qui est le suédois le plus connu en France. Vous avez lu sa biographie ?

Ant: Non je ne l’ai pas lu mais en fait, j’ai travaillé pour un entrepôt de bouquins, et je devais notamment emballer son putain de livre, je crois que j’en ai chargé des tonnes et des tonnes…. (rires)
C’est marrant car en France vous l’appelez Zlatan, comme nous en Suède, alors qu’en Italie par exemple ils disent Ibra… Mais moi je ne suis pas trop le foot, il faudrait plutôt demander à Anton le batteur.

And: Moi j’adore Zlatan. L’un des trucs les plus drôles sur lui est un documentaire sur son ancien club, Malmö FF où on le voit jeune, ado et il est tellement bête… (fou rires).
Il parle avec une espèce de dialecte/accent de Malmö et c’est tellement drôle…
Il y a cette scène où il est dans le bus et il parle de ce qu’il fera quand il gagnera de l’argent : « Je vais acheter une Diablo, Lamborghini, une Diablo violette. Et sur la plaque d’immatriculation, il y aura marqué « TOYS », ça veut dire jouet en anglais »…
A un autre moment, il est allongé dans le canapé chez sa mère. Bon c’est surement plus drôle en suédois mais peu importe… Donc il parle de sa mère avec son frère « C’est quand l’anniversaire de maman ? je ne sais plus, elle a quelle âge maintenant 50, 51 ? ouais je sais pas… elle a donné naissance à combien d’enfants ? 8 ? 5 ? » (rires).
C’est vraiment un mec bizarre parfois, mais je l’aime bien…

En concert au festival Mo’Fo le samedi 26 janvier 2013 (event ici) et dans toute la France à partir du 16/01. 

- Holograms – S/T – (09/07/2012) Captured Tracks 

Merci à JL, AE, Dylan Gordon (Dirty Snapshots) pour la photo d'illustration