lundi 11 février 2013

White Fence - The Fall and the Rise – Interview (eng) 3/3

Pic ©Angel Ceballos

Version française ici

So it's still before this wonderful show of the 10th of last december that we had the chance to meet the Californian Tim Presley aka White Fence, by himself, this time. This night, we had our eyes, our ears, our hearts blasted by a way more than generous performance.

It is not a secret that he wasn't ever really far from us, or the other way around.
We first were introduced to Tim in 2010 through numerous enterprises. His first album under the name of White Fence (Make a mess Records), sort of an UFO album we fell in love with right away. Scratching its lo-fi crust we were soon to meet his universe abounding with ideas, beautiful songs, sincerity and infinite richness. It is well rare to listen to such a musician that can give this kind of consistency and colour to the sound as he can.
This same year, he also came out with an album with his other, more known, band Darker my Love, the underrated Alive as you are. He also gave more than a hand to his friends, The Strange Boys, on Be Brave.
A few collaborations later, he confirmed with Is Growing Faith (2011, Woodsist), an album that became a classic in no more than two years. Then came the Family Perfume 1&2 (2012, Woodsist), some psychedelic walk around, however accurately aware, and Hair (2012, Drag City) with Ty Segall which, as you could have figured, couldn't be anything else but one of our favorite albums.

In the meantime, Tim finds the time to raise a label (Birth records) under which he recently signed Jessica Pratt and her beautiful first album. But today he also took the time to answer our questions. This is the third and the final part of our interview in three acts: White Fence, The Fall and the rise.
(Part I here, Part II here)

x White Fence is really linked to Los Angeles isn’t it?

Tim: There is a gang called White Fence, one of the oldest gang in LA. In fact, they’re the first latino gang. In the 20’s, all the emigrants were in a gang, like jewish, irish, mexican, all in a same gang. And then White Fence was the first to be all latino.
Historically they were first punk rockers in a way. Like in the 30’s, 40’s they were big in the Zoo Suit thing, which was a kind of “Fuck You” against American society. They didn’t join the navy and they were dressed a little wild. This was kind of like the Mohawk movement in the 90’s (Oka crisis).

I read a lot about the gangs, I’m really into it, the history of them and just like culture. Especially the older ones like in New York with the Five Points Gang in the 1800’s… it’s really interesting…

As we talked about that with Guillaume from The Feeling Of Love, White Fence is also kind of this juxtaposition between the gang life which is very violent, bad and evil. But there is like a kind of very strong bond, family oriented bond and love.
Whereas there is the typical 50’s style white American picket fence in the suburbs, with wealthy families, mom, dad, children, nice house, money... Sometimes, it looks perfect but inside of it, it can be evil with hurtful and mean people.
So it’s like this kind of Yin Yan of these things. I thought that was interesting.

x You seemed to already have several musical life till now… how do you see it?

Tim: It’s all really different, you know like, Darker My Love is a band, with everyone, like a snake with five heads… me and Rob Barbato as songwriters. For The Strange Boys, I wasn’t a full time member so it’s just like a fun thing to do and help. The Fall is the same thing. The Nerve Agents was (laughs) the first one, and that was just fun, kids just fucking going crazy kind of thing…
White Fence is completely 100% me, that’s the only difference. The recording, writing, putting all together, it’s just me.

x What about Darker My Love?

T: Well, we’ve done it for so long and we toured extensively… We just kind of like have a big break or hiatus or something. It’s not over like we’re not broken up. It’s just that for now I wanna do what I’m doing with White Fence and they have things that they’re doing.
They’re currently playing with Cass McCombs. Actually Cass McCombs’ band at one point was all the members of Darker My Love except for me (laughs)…
So you know, everyone’s doing their own thing, trying different things and sometimes it feels good to do others things.

Could you talk about your relation with legendary Mark E Smith as you played with his mythic The Fall? (Tim and Rob Barbato from Darker My Love were take on by Mark E Smith for a US tour and a record, Reformation Post TLC).

T: I just talked to him the other day. They were on tour so we tried to connect and hang out but it was like they’re going this way, we’re going this way… so we’re still friends.

Because you did a tour in the US lately, didn’t you?

T: No, the tour in America was in 2006 or 2007. But I came back here last November (2011) for a month, and did like 10 shows.

x How does it work between young musicians like you (and Rob from Darker My Love), with Mark E Smith who have a special reputation?

T: Well it was natural for me because I grew up with punks and stuff like that. Rob didn’t but he’s very professional and Mark likes professional so it just clicked.
Actually, at the first show we were playing, I was like “ Oh thank you so much” like I was such a big fan or whatever… And he was like “Enough of the fucking asskissing, go fucking soundcheck!” I was like “Oh shit!” (laughs) so ever since that day, the first day, I was like, oh I’m not gonna say anything like that again. But we became friends and that’s cool.
I think he liked our American rock ways. Supposedly it’s different maybe… He thinks that English musicians are lazy, egotistical… And we just fucking wanted get it done, you know what I mean, cowboy up dude, let’s do it!

x Does he know about White Fence?

T: Yeah definitely! In fact on that last tour last November, he went off stage because of his fever hurting in a middle of a set in Glasgow. He was like “Go down and play… The Love Between!” so we just did it instrumentally, it was so embarrassing (laughs)… He wanted to rest so I had to play fucking The Love Between…
I learned a lot of him and I respect him and when we drink we get weird together (laughs).

x Do you belong to the San Francisco scene now? like the Castle Face Records family?

T: (laughs) Yeah! I’m actually putting out an LP on Castle Face Records called "Cyclops Reap" which will be out in March hopefully as well as limited 7" single with an LP track and two unreleased songs. This will be a split release with Birth Records / Castle Face Records.
And yeah I’m on the new Grouplex comp.

Fresh & Onlys, Sic Alps, Thee Oh Sees,etc… It’s a good syndicate of sound.
I don’t know how anyone does it, no one has any money (laughs).
But I don’t know, you have to be hungry man to make pure art, and uncomfortable and sad… I don’t know, it’s like artists like being tortured… (laughs)

x You’re part of a generation of musicians who are doing music differently , not linked to a indie or major music business but with a faithful audience. And it seems that there is a lot of friendship amongst that…

T: I think it’s more honest.
And you have to understand that I went through that so I know first-hand. Like with Darker My Love. Like “playing the game”, “You have to play this show… it’s good for promotion…” and then you do it and you just feel so sold as this is horrible. The money advances, tour support… I’ve been through that.
I’m happier like that. I think I can be more myself. Not as much money, but happier. It’s a weird thing, I just know that I can be free, in my room, and do it.

In 2012, there was your collaboration with Ty Segall for the record “Hair”. It was great to see 2 different artists doing such a great album…

T: Right, that’s why it works so well.
Ty is younger than me and I think at the time, I was writing more folksier thing, you know White Fence stuff, sometimes it can be soft.
And just being around him brings out this energy that I always had. It’s always there but sometimes it takes something or someone to pull it out.
For example there was years where my bible was The Pretty Things, that was just it, like more than the Beatles or the Rolling Stones. All of it. He brought that kind of thing out of me, but also other stuff I was really into like The Germs
I think he brought out the primal caveman rock in me, and maybe I pulled out his weirder sides… If you have two people too much the same, it might be boring.
And he’s so enthusiastic with making music... It’s really fun making music with him, because we’re also very similar in some ways. It’s like go and do it and don’t think too much about it. It was like the same process, it’s so weird, very strange, like magical…

x Will there be a sequel?

T: Yeah, we’re gonna it do when I’ll get back. We’re gonna try and record some stuff.

x The new album, Cyclops Reap, on Castle Face Records is a very good news, could you talk about it?

T: I did the same process than for the previous. Because for Family Perfume (Vol1&2), I had so many songs, and I needed help like I just couldn’t.
Ty kind of helped me, he made up the track list together for the volume 1, and I was like “oh this is great, yeah”.
It helped me to be able to put together the second one.This is hard because there is still songs that are unreleased...
So I did actually the same thing with John Dwyer (Thee Oh Sees & Castle Face Records) for the forthcoming one. I just kind of threw thirty songs , I don’t know, and he picked like ten or whatever (laughs).
It helps because even if I don’t choose the ones he does, at least I have an idea like I guess those ones are goods.

You have to understand that I do this every day, writing and recording, it’s like a sickness, it’s weird. And I’m so in it that I have no perspective on what’s good anymore.
For example, I write a song which is my favorite song ever written and then, a week later, I write another one but this one is new now so I like this one better. But in reality the other one’s better… I always have been in a band with people to help with that so because it’s all me… it’s difficult. I wish I could but I need help man (laughs).

x Your songs seem to be very free, unbound, unhampered, unleashed and very different on stage…

T: When I’m writing and recording it at home, I never ever think about how it would translate live. Ever.
It’s purely just make it sounds as close as possible. I don’t think about an extra step. So when we do play live, maybe this is the punk hardcore root, but I just want to have it more intense rather than arty or something.
It’s hard for me to be on stage and not feel that way. Rock and roll. For better or for worst.
People might not like it or like it, I don’t know, but then I can’t help it. I can’t go up there and pretend. On stage I just want to “ahhhh”.

x What is the “growing faith” (Is Growing Faith is the title of the 2nd album and of a song from it) ? I’m also thinking about these lyrics « I’d sing this song for my weakness » (I’d sing on Family Perfume vol. 2)…

T: The “Growing Faith” thing is my own faith in myself.
This is also this kind of little conceptual thing I appreciate in art which is like just do it, keep doing it. Like try, even if no one is watching. Because I think that at the end of your life you know you wish you had. That’s the only thing that can suit your soul and make you a happy person. Doing your creative things. And if you’re not creative artistically, whatever it is…
And that that line « I’d sing this song for my weakness », is more about like trying to write the perfect song … and I haven’t…

- White Fence – New album "Cyclops Reap" (Castle Face Records), out on march 2013
- Discography of White Fence on label such as Make A Mess, Woodsist, Castle Face Records, Birth Records, etc…
- FB link

B & J / FGC. Thanks to A

White Fence - The Fall and the Rise - Interview 3/3

Pic ©Angel Ceballos

English version's link here

C'est donc toujours ce fameux 10 décembre dernier au Point FMR, que nous rencontrons le californien Tim Presley aka White Fence, seul cette fois. A noter que le concert qu’il a donné ce soir là fut fabuleux. On en a pris plein la vue, plein les oreilles, plein le cœur lors de sa prestation généreuse et même bien plus que ça…

Ce n'est pas un secret, Tim Presley n'a jamais été très loin de nous, ou l'inverse.
En 2010, on le découvre sur plusieurs projets. D’abord son 1er album éponyme sous le pseudo White Fence (Make a Mess Records), ovni inattendu et surprenant dont on est instantanément tombé amoureux. En grattant sa façade lo-fi, on y rencontrait un univers foisonnant d’idées, de chansons, de sincérité, d'une infinie richesse... Il est bien rare de trouver un musicien, qui puisse donner une consistance et une couleur au son comme lui peut le faire.
Cette année là, il sortait aussi un album avec son groupe Darker My Love, le sous estimé « Alive As You Are » et participait à celui de ses amis des Strange Boys, Be Brave.
Quelques collaborations plus tard, il confirme avec Is Growing Faith (2011, Woodsist), un album devenu une référence en à peine deux ans. S'en suivent les Family perfume 1&2 (2012, Woodsist), psyché-ballades pourtant bien conscientes, puis l’album avec Ty Segall, Hair (2012, Drag City), qui, vous vous en doutez ne pouvait être qu'un de nos albums préférés.

Au milieu de tout ça, Tim trouve le temps de monter un label (Birth Record) sur lequel il signe Jessica Pratt et son magnifique album éponyme, mais surtout de répondre à nos questions. Cette interview est la troisième et dernière partie de notre feuilleton en trois actes : White Fence, The Fall and the rise.
(Première partie ici, seconde partie ici).

x White Fence, c’est lié à Los Angeles ?

Tim : C’est le nom de l’un des plus vieux gang de LA, qui date des 20’s. White Fence fut le premier gang latino en fait. Dans les 20’s, tous les émigrants faisaient parti d’un gang, les juifs, les irlandais, les mexicains etc… tous dans le même gang. 
Et puis, historiquement, ils ont eu un côté un peu punk, comme dans les 30’s et 40’s où ils ont pris part aux émeutes Zoo Suit, qui était une sorte de rébellion envers la société de l’époque. Ils n’ont pas rejoint la Navy , ils s’habillaient de façon extravagante... On a pu retrouver un peu ça avec les Mohawks dans les 90’s (crise d’Oka).

J’ai beaucoup lu sur les gangs et étudié leur histoire et leur culture, particulièrement sur les anciens de LA et New York comme le Five Points Gang au XIX siècle par exemple. C’est vraiment intéressant.

Et comme on l’a évoqué avec Guillaume des Feeling Of Love, pour moi le nom White Fence renvoie à deux choses. D’abord la juxtaposition entre la vie de gang, qui est très violente, mauvaise et renvoie au mal et le lien d’amour très fort qu’on peut y retrouver au niveau familial notamment.
D’un autre côté, ça évoque aussi les clôtures à piquet blanc devant les maisons américaines, symboliques de la famille américaine aisée typique… Ça peut sembler parfait mais si tu creuses un peu, tu peux trouver des choses maléfiques…
C’est un peu le Yin et Yan de ces deux choses qui ont chacune des côtés sombres. Je trouvais ça intéressant.

x Tu as déjà plusieurs vies / carrières musicales derrière toi… tu vois ça comment ?

T: Tout est vraiment différent en fait. Darker My Love c’est vraiment un groupe avec plusieurs personnalités, comme un serpent à cinq têtes… avec moi et Rob Barbato en tant que songwriters. Pour les Strange Boys, je n’étais pas un membre à part entière, c’était plus pour s’amuser et leur filer un coup de main. The Fall, c’était plus ou moins la même chose. Et The Nerve Agents, c’était (rires), mon premier groupe, donc du fun, on était des gamins qui faisaient les fous…
White Fence, c’est moi à 100%. L’enregistrement, l’écriture, tout ça, c’est moi seul.

x Ça en est où d’ailleurs Darker My Love?

T: Mmm, et bien c’est quelque chose qu’on a fait pendant pas mal de temps, on a beaucoup tourné etc… On va dire qu’on fait un gros break, un hiatus quoi. Ce n’est pas que ce soit terminé, car on n’est pas séparé mais plutôt que d’une part, j’ai envie de faire ce que je fais actuellement et d’autre part les autres ont aussi leurs choses.
Ils jouent d’ailleurs actuellement avec Cass McCombs. En fait, le groupe de Cass McCombs c’est tous les Darker My Love sauf moi (rires).
Donc, voilà, pour l’instant, chacun fait son propre truc, on essaie des choses différentes et ça fait aussi du bien.

x Tu peux nous parler de ta relation avec le légendaire Mark E. Smith avec qui tu as joué dans ses mythiques The Fall (Tim et Rob Barbato de Darker My Love avaient été recrutés par Mark E Smith pour une tournée américaine et un album, Reformation Post TLC).

T: Et bien je l’ai eu au téléphone il n’y a pas si longtemps. Ils étaient aussi en tournée donc on voulait essayer de se voir mais c’était un peu compliqué car on allait pas aux mêmes endroits… On est resté bons amis.

xTu as tourné avec eux il n’y a pas longtemps aux US ?

T: Non en fait, la tournée aux US était en 2006 ou 2007. Mais je les ai rejoints en Novembre dernier (2011), pour une dizaine de dates pendant un mois.

x Ça se passe comment entre des jeunes musiciens comme vous et un mec comme Mark E. Smith qui a une certaine réputation?

T: Et bien ça s’est passé de façon naturelle pour moi car j’ai appris dans le milieu punk et hardcore. Pour Rob, c’est différent mais il est très professionnel et Mark aime les gens professionnels donc ça a tout de suite accroché.
En fait, au 1er concert qu’on a fait avec The Fall, j’avais du dire à Mark quelque chose comme « Oh merci beaucoup, c’est génial » en mode fan… et lui m’a répondu sèchement « Assez de ce putain de léchage de cul, va faire ce putain de soundcheck ! » Et moi j’étais là « Oh merde, pourquoi j’ai dit ça » (rires). Donc depuis ce jour, je me suis juré de plus dire un truc pareil. Et on est resté amis donc c’est cool.
Je pense qu’il a apprécié notre façon de faire « à l’américaine ». C’est soit disant différent… Lui pense que les musiciens anglais sont des fainéants égocentriques… Et nous on voulait faire les choses bien, donc on a surement réussi, à la cowboy (rires).

x Est-ce qu'il connait White Fence ?

T: Oui bien sur ! Pour la petite histoire, lors de la dernière tournée que j’ai fait avec eux en novembre 2011, il est sorti de scène car il était malade, une grosse fièvre en plein milieu d’un concert qu’on donnait à Glasgow. Et il me dit, « Vas-y, joue… The Love Between ». Donc on l’a jouée tant bien que mal, c’était tellement embarrassant (rires). Il voulait se reposer un peu et il fallait que je joue ma putain de chanson, The Love Between…
J’ai beaucoup appris à ses côtés. Et c’est vraiment quelqu’un que je respecte. Autour de quelques verres, on délire pas mal d’ailleurs (rires).

x Tu fais partie de la scène de San Francisco maintenant ? et plus particulièrement de la famille Castle Face Records ?

T: (rires) Ouais… je vais d’ailleurs sortir un nouvel LP qui s’appellera "Cyclops Reap" sur Castle Face. Ça sortira logiquement en mars. Je vais également sortir un 45t édition limitée avec une chanson du nouvel album ainsi que deux inédits . ça sera une sortie commune sur mon label Birth Records et Castle Face.
Je suis aussi sur la nouvelle compilation Grouplex II.

Fresh & Onlys, Sic Alps, Thee Oh Sees, etc… c’est un bon syndicat du son!
Je sais pas comment ils font tous, car personne n’a de thunes (rires).
Mais bon, pour faire quelque chose d’artistiquement pur, tu dois avoir faim, te sentir mal à l’aise, triste… je ne sais pas, c’est comme les artistes qui aiment être torturés… (rires)

x Vous semblez aborder la musique de façon différente, loin du « music business » et avec un public présent et fidèle.

T: Je pense que c’est plus honnête comme ça.
Et il faut aussi comprendre que je suis personnellement passé par le côté « music business ».
Avec Darker My Love notamment. Tu dois jouer le jeu : « Tu dois faire ce concert… c’est bon pour la promo… » et tu le fais mais tu te sens tellement vendu que c’en est horrible. Les avances, le tour support… j’ai connu ça…
Je suis plus heureux maintenant. Je pense que je suis plus moi-même. Moins d’argent mais plus heureux. C’est marrant, je sais juste que je peux être libre, dans ma chambre et faire ce que je fais.

x On a pu aussi se réjouir en 2012 de ta collaboration avec Ty Segall pour l’excellent album « Hair ». Vos projets solo sont plutôt différents d’ailleurs…

T: Oui c’est vrai, c’est aussi pour ça que ça a si bien fonctionné.
Ty est plus jeune que moi et je pense qu’au moment de notre rencontre j’écrivais des trucs un peu plus folk, le côté un peu soft de White Fence.
Etre à ses côtés, ça a fait ressortir cette énergie dormante en moi. C’était toujours là mais parfois il te faut quelque chose ou quelqu’un qui soit déclencheur.
Par exemple, il y a quelques années où j’étais à fond dans The Pretty Things, c’était ma bible… Lui a fait resurgir ces influences mais aussi d’autres trucs comme The Germs qui était aussi un groupe que j’ai beaucoup écouté…
Je pense qu’il a réveillé mon côté rock primitif et sauvage et peut être que j’ai fait ressortir ses côtés bizarroïdes, plus expérimentaux… Si tu as deux personnes trop proches, ça peut être assez ennuyeux.
Il est aussi tellement enthousiaste à faire de la musique… J’aime bien foncer et faire les choses et ne pas penser à ce que ça va donner. C’était très cool car on avait ce même processus, c’est assez bizarre, étrange, un peu magique…

x Est ce qu’il y aura une suite?

T: Oui, on va s’y mettre quand je rentrerai. On va essayer d’enregistrer quelques trucs…

x C’est une excellente nouvelle ce prochain album, Cyclops Reap, qui sortira chez Castle Face Records, tu peux en parler ?

T: Oui, ça sortira surement vers mars, par là.
Ça s’est fait de la même manière que pour le précédent, le double album Family Perfume (Vol 1 et 2).
Pour ceux là, j’avais tellement de chansons que j’avais vraiment besoin d’aide, j’étais incapable de faire le tri.
Ty a aussi joué un rôle là dedans, il m’a aidé à mettre en place et organiser le tracklisting pour le volume 1, ce fut un soulagement. Ça m’a aussi aidé à mettre en ordre moi-même le volume 2. Il y a d’ailleurs toujours plein de chansons qui ne sont pas sorties… donc c’est toujours un peu compliqué.
Pour le prochain, on a procédé de la même façon avec John Dwyer (Thee Oh Sees et Castle Face Records). J’ai du lui filer une trentaine de chansons et il en a pris une dizaine (rires).
C’est bien car même s’il ne choisit pas celles que j’aurai gardées, au moins ça me donne une idée sur celles qui sont vraiment bonnes.

Il faut comprendre que je fais ça tous les jours, écrire et enregistrer. C’est maladif, c’est assez bizarre… Et je suis tellement dedans que je n’ai pas de perspective sur ce qui est bon ou pas.
Par exemple, si je compose une chanson, je vais penser que c’est la meilleure que je n’ai jamais écrite. La semaine d’après, je vais en écrire une autre, que je vais aimer plus que la précédente, alors qu’en réalité c’est la première qui est mieux… Avant j’ai toujours fait partie d’un groupe donc avec des gens qui t’aident à trancher pour ça. Là vu que c’est moi tout seul, c’est compliqué. J’aimerais bien que ce soit autrement mais j’ai besoin d’aide mec ! (rires).

x : Tes chansons paraissent assez libres, et tu les réinterprètes d’ailleurs de façon complètement différente en sur scène…

T: Quand j’écris ou que j’enregistre chez moi, je ne pense, mais vraiment jamais, à comment ça pourrait sonner en live.
Ça sonne exactement comme je le souhaite au moment précis, je ne pense pas à une autre étape. Donc quand on joue ces morceaux sur scène, peut être que ce sont mes racines punk hardcore qui ressortent mais je veux que ce soit très intense plutôt que ça sonne « artisanal ».
C’est comme ça que je vois les choses, et le contraire n’est pas envisageable… Rock and Roll… Pour le meilleur ou pour le pire.
Il y a des gens qui ne vont peut être pas aimer, d’autres qui vont aimer, je ne sais pas, mais c’est comme ça. Je ne peux pas monter sur scène et faire semblant… j’ai juste envie que ce soit comme un gros « ahhhhhh !».

X : Par rapport au titre de ton 2e album « Is Growing Faith », c’est quoi cette foi ? (littéralement la foi qui grandit) je pense aussi à ces paroles « I’d sing this song for my weakness » ("I’d sing" sur Family Perfume vol. 2)…

T: Le titre “ is Growing Faith” évoque ma propre foi en moi-même.
Ça renvoie aussi à cette façon conceptuelle de faire de l’art comme pour la peinture, la photographie qui te pousse à faire les choses toi-même, à continuer... Tu dois essayer, même si personne ne le voit pas. Je pense qu’à la fin de ta vie, tu sais que tu aurais souhaité l’avoir fait. C’est la seule chose qui t’appartient pleinement et peut faire de toi une personne heureuse. Faire ces choses créatives… Et si tu n’es pas créatif artistiquement parlant, et bien peu importe ce que tu fais, fais-le.
Ces paroles « I’d sing this song for my weakness » (« je chanterais cette chanson pour mes faiblesses »), c’est plus par rapport au fait d’essayer d’écrire la chanson parfaite, ce que je n’ai pas fait…

- White Fence - Nouvel album "Cyclops Reap" (Castle Face Records), sortie mars 2013
- Discographie White Fence sur les labels Make A Mess, Woodsist, Castle Face Records, Birth Records etc…
- Lien FB

B & J / FGC.

lundi 4 février 2013

The Feeling of Love of White Fence - Double feature interview 2/3

WF Pic ©Alexandre Kurek - FOL Pic ©Pascale Cholette

Lien version française

From the east to the west, a wild fire burned Paris during the night of the 10th of December 2012. In its heart, were standing the Americans White Fence, drove by Tim Presley, and french fellows Feeling Of Love, led by Guillaume Marietta.

There was no way that we wouldn’t take the chance to collect their thoughts. Here is the second part of our interview in three acts: The Feeling of Love of White Fence.
(Part I here, Part III here).

Both of these guys have had different paths which have also crossed each other. They have already met on the road, during their mutual U.S. and European tours, they shared a record with Ty Segall and there is probably the same rock and roll blood running in their veins.

It’s obvious that they are making the history of today’s rock. Far from the industry, they possess an incredible inspiration. They crystallize this faith in all their records which have become “classics” in our record collections and in their live performances which are possibly forever etched in our minds. We have to thank them for that, first by our support and definitely also by listening to what they have to say…

x The Feeling of Love VS White Fence:

Tim : How old are you ?
Guillaume : I’m older than you.
T : No you’re not ! You look like you’re 26 or 27 !
G : I’m more… I’m 32 now.
T : I’m 33.
G : I thought you were 20 or something !
T : No dude !
G : Awesome !
T : So yeah, we’re the same generation ! (laughs)

G : First of all, I like White Fence. For many reasons. About the records, I like the way you record by yourself. You have many songs on one record.
T : Maybe too many… (laughs)
G : Yes maybe too many but it’s like « I don’t care ». You could do something very catchy with only ten songs with very good sound, you could do like a « hit album ». But you don’t, and I respect it. You sound more lo fi on album, I mean you have overdubs, stuff like keyboards, piano…
T : Flutes, bells and whistles… Weird shit…
G : Different kinds and waves of guitars… it sounds like "tuuuuuuu" , and then "pshittt", I like it. I could tell more but in english, I can’t (laughs).
T : It’s a hard question anyway.
G : And I like the live version of White Fence. I like when you have a kind of music on the album then when it’s different on stage and it’s really different and louder.

T : About Feeling of Love, let’s see. I think it’s comes off as intense which is hard to do, like for the record and then live. It’s powerful I think.
Which one is the new record?
G : It is not released yet and the last one is the red one (Dissolve Me) with the two kids and the snake.
T : That’s the one I have. But the one you had when we played together in San Francisco?
G : I remember we had the one with the tiger (Ok Judge Revival).
T : Oh yeah yeah, I have this one too… I guess what I mean is you guys are tight like the record but it’s powerful, it’s not like, I don’t know if you’re gonna understand what I’d like to mean. Like my mom’s boyfriend, he likes Creedence Clearwater Revival and then, when he went to see them in the 60’s or something, they played just like exactly the record, like the same tones almost and everything, and he was really sad…
G : Yes, I agree.
T : So what I mean is that for you, it’s also more powerful live !
G : It is.

x Link between artwork and music...

T : It's a mix with whatever looks cool.
G : I can’t explain.
T : Yeah, it’s hard to explain. It’s like almost a subconscious thing. It’s not like “Ok I have these songs and I’m gonna listen to it and do that”. I’ve done that before, I don’t know, it’s different for everything, for every record.
G : It’s like, it’s the same spirit, you can’t explain with words. It’s not because I wrote these words so I do this picture, it’s not like that. But, you know Daniel Johnston, sometimes, he does the same. Like he has this song about Casper The Friendly Ghost. He’s drawing and then sometimes it works also. For him, yes.

x Art expression...

G : For me, it’s because I feel really sad and useless if I don’t do anything
T : Same here!
G : I feel just like a piece of shit if I don’t record or write a song or even draw some stuff.
T : I’ll go at saying the same as I feel like shit if I don’t do, art. Like a therapy. It’s all I have. You know what I mean? That makes me happy.

x The Velvet Underground

G : It’s kind of the main influence we have.
T : It’s like the same thing with the Ramones for example. It’s like simple, powerful and free. Like you can listen to it and you’re not ripping it off but it inspires you to do your thing. Whether it’s simple or hard or whatever. It’s just like a freedom thing. It’s weird! It’s a liberating thing.
Then, it’s really hard to pick one song… Because sometimes you want to listen to… like… Loaded. Sometimes you’re in a “Loaded” mood (laughs)… Do you know what I’m saying?
G : Have you listened to “Squeeze”?
T : Yeah dude (laughs), I have Squeeze, not on record, I can’t find it, I think I have the mp3…
G : They did a repress of it…
T : Doug Yule’s record…
G : It’s only Doug Yule…
T : Doug Yule man… (laughs).

x The garage tag.

T : It’s like the whole grunge thing.
G : Yeah or the punk before… Garage for me is just a simple way to play rock and roll. In a instinct way. You just play, you plug and play.
T : Yeah. In the states there is a big psychedelic thing/scene, that throw around. Like there are a lot of psychedelic bands… but that doesn’t mean shady. They could be like really heavy and psychedelic or… electronic and psychedelic.
I understand that people put tags on things, I understand that. But I don’t really think about it. You can call me whatever. You still can call me “Late for dinner”… (laughs).
And I wouldn’t say that Feeling Of Love is like “a garage band”.
G : But when we started to play together, the entire “real garage scene” from France, they used to say “You don’t play garage”. And I said “Okay”. And now they say “You play garage”. Okay!
T : Okay, cool whatever (laughs).
G : Whatever yeah….

x About names…..

G : I started The Feeling Of Love alone, but I didn’t want to call my project with my own name. So I just wanted to find…
T : A title.
G : Yeah, a title, and you can put whatever you want in the title.
T : Right.
G : And maybe I chose a stupid title… But now, I think it’s ok, because anyway, all the songs are about love or I just want to write about love so ok ,whatever… it’s the feeling of love.
T : I like that name a lot, I think about it all the time, it’s weird, I don’t know why, I really do dude! (laughs)
Sometimes you can be hurt like physically, being fucking hurt, and feeling that, the feeling of love. That’s serious shit. It’s the most important feeling I think.
G : But for you, White Fence, it’s a gang, isn’t it?
T : Yeah, it is. But it’s like the juxtaposition between the gang and how violent it is, but they have a lot of love between each other, and their families etc…
They rob and hurt people, and sell drugs and guns but they also have this bond, this real close thing.
But and in the other side is the typical white suburb with “Mom, dad, kid” and “white picket fence” . It looks perfect. They have money, everything looks perfect. But inside, there are some bad people…
G : The Feeling of Love of the White Fence.
T : Yeah! (laughs), it’s like that.

x The end of the world. (The interview was lead the 10th of December 2012, but there wasn’t any end of the world after all…)

T : Oh the end of the world ? I guess I’ll die ! (laughs)
G : Oh yeah ? I will live forever.
T : Oh yeah, I forgot about that ! I will live forever too. (laughs)
G : Then you have 2 options…

- Discography White Fence on labels Make A Mess, Woodsist, Castle Face Records etc…
- Discography Feeling Of Love on labels Born Bad Records, Kill Shaman, Captcha Records, etc… and there.

B & J / FGC. Big thanks to JL & A

vendredi 1 février 2013

The Feeling of Love of White Fence - Interview croisée 2/3

FOL Pic ©Pascale Cholette - WF Pic ©Alexandre Kurek

English version's link here

De l'Est à l'Ouest, le soleil s'est levé sur Paris ce 10 décembre 2012. Et pourtant c'est en pleine nuit que la belle aurore a eu lieu. A son zénith, les américains de White Fence, représentés par Tim Presley et les messins de Feeling of Love, guidés par Guillaume Marietta. Dans le public, tous leurs adorateurs et nous au premier rang.

Il n'était donc pas question de les laisser se coucher sans récolter leur avis l'un sur l'autre. Voici donc la deuxième partie de notre interview en trois actes: The Feeling of Love of White Fence.
(Première partie par ici, troisième partie ici).

Ces deux là ont un parcours différent mais de nombreux points de rencontre. Ils se sont déjà croisés sur les routes, américaines et européennes pendant les tournées des uns et des autres, ont partagé un disque avec Ty Segall, et il coule de fait un même sang rock and roll dans leurs veines.

Ils font, ils sont l'histoire du rock aujourd'hui, loin de l'industrie, conservant une distance qui semble leur confèrer une inspiration surprenante. Indéniablement illuminés, ils cristallisent tout ceci en albums devenus "classiques" dans nos discothèques, comme en performances live possiblement gravées à jamais dans nos esprits. A nous de leur rendre, d'abord en les soutenant dans leur sous-diffusion, en les écoutant, mais surtout en écoutant ce qu'ils ont à nous dire.

x West Coast US VS Grande Triple Alliance Internationale de l'Est (White Fence vs the Feeling of Love)

Tim : Tu as quel âge toi?
Guillaume : Je suis plus vieux que toi.
T : Non ce n’est pas vrai, tu dois avoir 26 ou 27 ans!
G : Plus! J’ai 32 ans maintenant.
T : 33 pour moi.
G : Ah je pensais que tu avais dans la vingtaine…
T : et non mec.
G : C’est génial.
T :Donc on est de la même génération! (rires)

G :Et bien White Fence, j'adore. Pour plein de raisons. Au niveau des albums, j’aime la façon dont tu enregistres tout toi-même. Tu as plein de chansons dans chaque album…
T : Peut être un peu trop… (rires)
G : Oui peut être, mais c’est genre « rien à foutre » car tu pourrais faire quelque chose de très accessible avec seulement 10 chansons, un super bon son, ça pourrait être un album de hits. Mais tu ne le fais pas et c’est quelque chose que je respecte.
Mais tu sonnes plus lo-fi sur disque. Enfin, tu utilises des overdubs, plein de trucs comme des claviers, piano…
T : Des flutes, des cloches, des sifflements… des trucs bizarres…
G : Différentes guitares, plusieurs vagues… plein de sons des “tuuuuuuu “ , et puis « pshiiiittt », j’adore… Je pourrais dire d’autres choses mais en anglais je ne peux pas (rires).
T : C’est une question difficile !
G : Et sinon, White Fence en live, c’est complètement différent et beaucoup plus puissant que sur album, c’est quelque chose que j’apprécie.

T : A propos de Feeling Of Love, je trouve qu’il en ressort beaucoup d’intensité que ça soit sur album ou en live. C’est puissant.
C’est lequel le nouvel album?
G : Le nouveau n’est pas encore sorti et le dernier c’est le rouge, avec les 2 enfants et le serpent.
T :J’ai celui-ci. Mais c’est lequel que vous aviez quand on a joué ensemble à San Francisco ?
G : Je me rappelle qu’on avait celui avec le tigre (OK Judge Revival).
T : Ah oui mais j’ai celui-là aussi…
En fait ce que je veux dire c’est que vous êtes aussi tendus sur album mais c’est plus puissant en live.
Je ne sais pas comment l’expliquer clairement. Par exemple, le mec de ma mère est fan de Creedence Clearwater Revival. Il était allé les voir dans les 60’s et ils ont joué exactement l’album, les mêmes arrangements, tout était exactement similaire, et il était super triste…
G : Oui je comprends.
T : Donc ce que je dis par rapport à vous c’est que c’est plus puissant sur scène.
G : Ça l’est.

x Lien entre artwork et musique...

T : C’est un tout, et ça doit rendre bien…
G : Je ne peux pas l’expliquer personnellement.
T : Après, ce sont des choses qui viennent inconsciemment. Ce n’est pas comme si je me disais « Ok, j’ai ces chansons, et par rapport à ce qu’elles sont, je vais faire tel artwork ». J’ai déjà procédé comme ça auparavant mais je ne sais pas. C’est différent pour chaque album en fait.
G : Ça vient du même esprit, et tu ne peux pas l’expliquer avec des mots. Ce n’est pas parce que j’ai écrit ces paroles que je vais dessiner ça. Par exemple, un artiste comme Daniel Johnston, il va pouvoir procéder en liant les deux choses, comme pour cette chanson Casper The Friendly Ghost… Il va dessiner et faire la chanson, ça peut marcher, en tout cas pour lui ça marche.

x Moteur créatif d’artistes prolifiques...

G : Moi, c’est parce que je me sens vraiment triste et inutile si je ne fais rien.
T : Pareil !
G : Je me sens comme une merde si je n’enregistre pas, si je n’écris pas une chanson ou si je ne dessine pas.
T : Je répondrais pareil, je me sens comme une merde si je ne fais pas quelque chose de créatif.
Comme une thérapie. C’est tout ce que j’ai, et qui me rend heureux.

x Le Velvet Underground

G : C’est l’une de nos principales influences oui.
T : C’est un peu la même chose qu’avec un groupe comme les Ramones.
C’est simple, puissant et libre. Tu peux écouter ça sans pour autant les copier musicalement parlant mais ça t’inspire complètement pour faire ton propre truc. Que ça soit simple ou difficile, peu importe. C’est juste quelque chose de libre. C’est assez bizarre d’ailleurs. C’est libérateur.
... C’est vraiment difficile de citer une chanson en particulier. Car parfois tu vas vouloir écouter… l’album Loaded. Si tu es plus dans une humeur « Loaded » (rires). Tu vois ce que je veux dire ?
G : Est-ce que tu as écouté l’album Squeeze ?
T : Oui bien sur ! (rires). Je l’ai cet album! pas en vinyle, je ne l’ai pas trouvé mais surement en mp3 ou autre…
G : Ouais, il a du être réédité il n’y a pas longtemps.
T : L’album de Doug Yule…
G : Tout seul…
T : « Doug Yule » mec ! (rires).

x Le qualificatif Garage.

T : C’est comme dans les 90’s avec le “grunge”.
G : Ou le punk avant.
Pour moi l’appellation garage ça renvoie juste à une façon simple de jouer du rock and roll. De façon instinctive. Tu joues, tu te branches et tu joues.
T : Ouais. Aux US on va parler de la scène psychédélique. Il y a beaucoup de groupes qui en font partie. Mais ce n’est pas à interpréter de façon péjorative. Il peut y avoir plein de façon différente de faire ça, heavy psychedelic, ou avec des sonorités plus électroniques…
Je comprends que les gens doivent mettre des étiquettes, mais je n’y pense pas vraiment. Tu peux m’appeler comme tu veux, peu importe… (en anglais dans le texte « You still can call me “Late for dinner”. ») (rires)
Et je ne dirais pas que Feeling Of Love est un groupe de garage.
G : Quand on a commencé, les gens de la ”vraie scène garage” française disaient « Vous ne faites pas du garage ». Nous on répondait « ok ! ». Et maintenant ils disent « Vous faites du garage ». Ok!
T : Ok! (rires) Cool, peu importe!
G : Oui, peu importe !

x Le contraste des noms...

G : J’ai commencé The Feeling Of Love seul, mais je ne voulais pas appeler mon projet avec mon propre nom. Je voulais trouver…
T : Un titre.
G : Oui, un titre, et tu peux mettre ce que tu veux dans un titre.
T : C’est vrai.
G : Et peut être que j’ai choisi un titre stupide… mais maintenant je pense que ça va, car de toute façon, toutes nos chansons ont comme sujet l’amour et les paroles traitent de ça… donc bon c’est comme ça, The Feeling of Love.
T : J’aime beaucoup ce nom. Et à vrai dire j’y pense vraiment souvent, je te promets ! C’est marrant, je ne sais pas pourquoi. (rires)
Parfois, tu peux avoir très mal, physiquement ou pas d’ailleurs, et ressentir ça, le sentiment d’amour, c’est un truc sérieux. C’est le sentiment le plus important.
G : Pour toi « White Fence », c’est le nom d’un gang, non?
T : Oui. Mais le nom évoque plus la juxtaposition entre le gang, sa violence et le fait qu’il puisse y avoir de l’amour entre ces personnes, par rapport à leur famille etc…
Ils vont voler, faire du mal à des gens, vendre de la drogue et des armes. Mais ils ont aussi cette attache, ce lien, très fort entre eux.
D’un autre côté, ça évoque aussi les banlieues/résidences blanches, avec cette image de la famille américaine, le papa, la maman, les gosses et leurs maisons avec clôtures à piquets blancs. Ils ont de l’argent, tout semble parfait. Mais ça cache aussi de mauvaises choses, des mauvaises personnes…
G : The Feeling of Love of the White Fence.
T : Ouais! (rires), c’est ça!

x La fin du monde (le concert s’est déroulé le 10/12/2012 mais la fin du monde n’a pas eu lieu)...

T : Ah la fin du monde? J’imagine que je vais mourir ! (rires)
G : Ah ouais? Moi je vivrai pour toujours.
T : Ah ouais, j’oubliais ça, je vivrai pour toujours aussi !
G : Ça te laisse deux options…

- Discographie White Fence sur les labels Make A Mess, Woodsist, Castle Face Records etc…
- Discographie Feeling Of Love sur les labels Born Bad Records, Kill Shaman, Captcha Records, etc… et par ici.

B & J / FGC.