lundi 24 juin 2013

City Sounds Festival – Edition San Francisco – 19-20/07/2012 – Le 104 / Paris - Thee Oh Sees, White Fence, Ty Segall...

Pour sa 1ère édition, le festival City Sounds va mettre tout le monde d’accord. C’est sur la Côte Ouest qu’il nous propose de passer le weekend du 19/20 juillet prochain avec pour fil rouge San Francisco la belle, et sa fabuleuse scène musicale.

Inutile de préciser que la programmation "sans faute" nous réjouit au plus haut point. Presque tous les groupes sont passés par nos articles et sélections musicales depuis le début du Foggy Girls Club dont la création et la volonté éditoriale sont intimement liées à ces artistes qui excitent depuis quelques années nos coeurs de rockers…

Cette orgie sonore se déroulera au 104, et on vous conseille vivement de réserver votre weekend qui sera à coup sûr inoubliable...

Vendredi 19/07 à partir de 20h00


Après une année 2012 complètement folle durant laquelle il a sorti 3 LPs (sans compter les autres formats), le wonderkid de la Côte Ouest a quelque peu ralenti sa frénésie créatrice cette année malgré son nouveau projet "Fuzz" avec Charles Mootheart. Il se présentera cette fois-ci en solo, notamment pour présenter la sortie de son prochain album "Sleeper" prévu pour le 20 août prochain chez Drag City. On va prier pour qu’il en profite pour jouer quelques extraits de l’album "Hair" avec son comparse Tim « White Fence » Presley...


Sanae Yamada et son mari Ripley Johnson (aussi vu chez Wooden Ships) forment ce duo lunaire où leur idée du psychédélisme fusionne avec un krautrock crado et hypnotique, leur seul but étant de nous convertir à leur étrange univers…


Après un 1er passage magistral par chez nous fin 2012, (souvenez vous c’était au point FMR), Tim Presley aka White Fence revient nous voir. Son magnifique nouvel album "Cyclops Reap" est sorti il y a peu via Castle Face Records et on peut d’ores et déjà prévoir un grand moment de rock and roll. Vous pouvez d’ailleurs lire ou relire notre interview du californien par ici où il revient sur son beau parcours : White Fence, The Fall and the Rise.


Samedi 20/07 à partir de 20h00


Les Shannon & The Clams ne seront à rater sous aucun prétexte, leur doowop revisité est complètement envoutant et rendra le sourire au plus aigris… Leur second album "Dreams in the Rat House" est sorti le mois dernier chez Hardly Art.


Warm Soda est né des cendres de Bare Wire, trio power pop mené par Matthew Melton et explosé en plein vol après quelques excellents albums. Pour cette nouvelle formation, la formule ne change pas trop, à vrai dire c’est du Melton tout craché et ça fait du bien… Des mélodies et des riffs arrache-cœur, le prolifique musicien connait bien la recette pour mijoter des petits hits qui nous font craquer à coup sur. Leur 1er album "Someone For You" est sorti il y a peu via Castle Face Records.


Est-ce qu’il est vraiment utile de présenter Thee Oh Sees ? On peut les considérer comme les "parrains" de la scène californienne actuelle et surement l’un des meilleurs groupes live.
John Dwyer, Brigid Dawson, Petey Dammit et Mike Shoun ont trouvé la formule parfaite dont seuls eux ont la recette, que ce soit sur scène ou sur album.
Leur dernier et furieux LP "Floating Coffin" est sorti il y a quelques mois sur Castle Face Records qui est aussi le label de John Dwyer d’ailleurs…

Infos billetterie : 

- Site Web:

- Event fb
- Réservation en ligne / Booking on line (hors frais de location revendeurs / off booking fees): Le CENTQUATRE

Tarif plein / Full price: 27€
Tarif réduit / Discount price * : 24€
Tarif spécial / Members price ** : 21€

Tarif plein / Full price: 51€
Tarif réduit / Discount price * : 45€
Tarif spécial / Members price ** : 42€

* tarif réduit / discount price for: -30 (ans), groupes (+10 personnes), chômeurs/unemployed, artistes… Cliquer pour consulter la liste exhaustive / please click for full conditions
** pour les abonnés du Centquatre / for members of the venue only

mardi 18 juin 2013

Halasan Bazar‘s Foggy Bootleg Report at Aalhaus / Hamburg + DIY video footage "Tin Foiled" & "This Time"

Pic by Alexandre Saada

Version française ici

It is certain, this year will be marked by a Danish stone! Well not quite (since only three out of six members are Danish), but marked for sure by Halasan Bazar.

Remember. It was April. L’Espace B, Foggy Girls Club and Hartzine were offering you the concert of the Nordics for the first time in Paris, with the Scottish PAWS.

The weather wasn’t quite nice, not quite warm either, but it was of no importance because from the first to the last note, Fred, Carl Craig, Christian and Jakob knew how to take us far away perfectly from the gray and melancholy, in tides of psyche-crazy-folkish-daydreamt cavalcades, oneiric and incantatory melodies and yet still very real and tangible in addition to being perfectly executed.

Interlude. A month long interlude.

10.05.2013: We are in Hamburg. The weather is (surprisingly) a little nicer, a little warmer, but we know it will still have no importance while entering the charming Aalhaus whose also charming owners run in parallel the excellent hamburger label, Cloud Hills

The place is perfect, intimate. An inviting terrace surrounded by trees, inside, no scene, a few tables, a few chairs and a pile of instruments almost all entrenched against a wall. Three bands are playing tonight and it really needed some space. If they could have pushed the walls they’d probably have.

Surprisingly a very frenchy selection is proposed. First to play, Aurélien Merle (acoustic solo) followed Léonore Boulanger and her musicians.

If you read us you know how we are not what we could call, „driven by chauvinism“, but here, the surprise was rather good as Aurélien Merle and his so peculiar finger play astonished the whole audience, when Léonore Boulanger possessed the Aalhaus with her chamanic, nomad universe and bewitching chants and instruments.

From a totally uneducated point of view we could compare it, for the more francophile of you, to an early  Areski and Brigitte Fontaine or old stuff from Dick Annegarn... Is it "chanson française underground"? Might be, but this was for sure a nice experience that we are not used to in France.

A few more beers and the room is filled.Gathered around what is not a scene the connoisseurs rehearse their favorite discrete moves. We see a hip moving, a foot timidly starting a tempo but most of all we see the smiles, as if people were aware of what's coming.

Finally, the first notes, and the bigger smiles. We need nothing more, we’re already taking off...

"Live Without Love" starts this gig perfectly. It will never leave our heads. The Danish give us those gold nuggets of their own, dug out of their two masterpieces How To Be Ever Happy (Moon Glyph) and their last one Space Junk freshly out on Crash Symbols.

It’s incredible how this band is able to deliver so much hapiness in such sureness. Reinsuring we would say. Comfortable, comfortably accurate and perfect. They manage to take us with them on their space ship, for a good warm journey, but eh, you know them right?
One more time Theis, their sound ingeneer has succed in the hard task of balancing every instrument perfectly in such a small place. We can hear everything and everything sounds great.
Here comes "Tin foiled". Just before, this girl grabbed the setlist but the wild appropriation doesn’t seem to bother them at all. In fact, Halasan Bazar is playing tonight the last show of their short european tour before heading back to Copenhagen. Both say they know their setlist like the back of their pick... So "Tin Foiled“ and as promised, this is the getaway, the great escape, the beautiful one, the trip. The walls are fading away we are plugged into Fred Eckhoff’s mind. We grab a note and jump on its back, bareback. From there, we let everything go with the minutes and the songs. It’s a colourful and rhythmic journey across melodic landscapes offered by the band, always precisely portrayed and varnished with those touches of serendipity that makes the best shows.

We captured something DIY just for you, but be sure it’s million times better in real.

Brutal hit from the nightstick of reality. The police shows up. The Aalhaus is summed to lower the volume (this is a residential neighbourhood). The show must stop. One or two songs more to land in softness because that’s what they are, softness. The notes are fading, silence, ..., for half a second, and soon the rapturous applause of the audience, unbridled, a little sad not to be allowed to ask for "another"one.

But how to push a group of Nordics and make of the end of this night, the end of this tour a memorable finish ?

Answer: Beer. (surprisingly this tip can be usefull for many nations, not only Nordics)

A few drinks and a few hours later and Halasan Bazar, Fredrik ahead, propose to finish with an acoustic performance, the song they didn’t have time or chance to play during the concert:
" This Time ".

We went home in joy, "rendez-vous" made "pour foutre le Bazar" (ed. create havoc) for their next Parisian gig.

- Halasan Bazar : New LP Space Junk (Crash Symbols), on tour this summer and probably in France in october…
- Aalhaus (Hamburg)

Set List:

Live Without Love
You & I
Scroll Down
Tin Foiled
Go Out In Joy
Shine Away
This Time (acoustic)

Live pics and videos by JL

lundi 17 juin 2013

Halasan Bazar‘s Foggy Bootleg Report à l'Aalhaus / Hambourg + Extrait vidéo DIY "Tin Foiled" & "This Time"

Pic by Alexandre Saada

English version here

Décidément cette année aura été marquée d’une pierre danoise, enfin pas tout à fait (puisque finalement seuls trois membres sur six sont danois), mais marquée c’est sûr par Halasan Bazar.

Souvenez-vous. C’était le mois d’avril, c’était à l’Espace B, Foggy Girls Club et Hartzine vous proposait le concert des nordiques pour la première fois à Paris, avec les écossais PAWS.

Il ne faisait pas tout à fait beau, pas tout à fait chaud, mais de la première à la dernière note Fred, Carl, Craig, Jakob et Christian avaient su nous évader parfaitement de la grisaille et du spleen, en marées de cavalcades psyché-folks et folles, de rêves éveillés, de mélodies incantatoires oniriques et pourtant toujours très réelles et palpables en plus d’être parfaitement exécutées.

Entracte. Un mois d’entracte.

10/05/2013: Nous sommes à Hambourg. Il fait (étonnamment) un peu plus beau, un peu plus chaud, mais nous savons qu’en entrant dans la charmante Aalhaus tout ça n’aura bientôt plus d’importance… à noter que les charmants propriétaires gèrent aussi en parallèle l’excellent label Cloud Hills

L’endroit est parfait, intime. Une terrasse accueillante, à l’intérieur, pas de scène, quelques tables, quelques chaises et un amas d’instruments presque tous retranchés contre un mur. Trois groupes jouent ce soir et il fallait littéralement pousser les meubles….

C’est un plateau international qui nous est présenté et à notre grande surprise particulièrement francophone avec pour débuter Aurélien Merle (en solo) suivi de Léonore Boulanger et ses musiciens.

Notre chauvinisme n’étant pas tellement musical culturellement parlant, ces deux formations nous ont plutôt surpris dans le bon sens du terme. On peut parler ici de chanson française underground peut être?

D’un point de vue totalement inculte, on pourrait penser à de vieilles pépites poétiques comme Areski et Brigitte Fontaine, les vieux Dick Annegarn… Aurélien Merle joue une sorte de folk et sa belle et sobre prestation a conquis. Même chose pour Léonore Boulanger et son univers plus nomade. Deux belles surprises qu’on aurait surement jamais eu l’idée d’aller voir par chez nous.

Encore quelques bières et la salle s’est remplie. Massés devant la non-scène, les spectateurs, connaisseurs, tout sourire, comme conscients de ce qui les attend, balancent une hanche, révisent leur tempo du bout du pied.

Enfin les premières notes. Les sourires se font encore plus grands et non, ne le cachons pas, nous commençons déjà à décoller.

"Live Without Love" débute parfaitement. Elle ne quittera plus notre tête… Les danois déroulent tour à tour les pépites extraites de leurs deux « masterpieces » How To Be Ever Happy (2012) et Space Junk, fraichement sorti cette année sur le label californien Crash Symbols pour le dernier.

C’est incroyable comme ce groupe est capable de transmettre autant de bonne humeur et d’assurance, de réassurance en quelques notes et de nous emmener à bord de leur vaisseau spatial, mais vous les connaissez...
Une fois de plus Theis, leur ingénieur son, fait un excellent travail et arrive à balancer parfaitement tous les instruments dans un si petit espace. Tout sonne parfaitement.

Arrive Tin Foiled. Juste avant une spectatrice s’est emparée de la setlist sans que cette appropriation sauvage ne les perturbe. En effet, Halasan Bazar joue ce soir le dernier concert de leur brève tournée européenne avant de rentrer à Copenhague. Autant vous dire qu’ils connaissent leur setlist sur le bout du médiator. Tin Foiled donc, et comme promis, c’est l’évasion, la grande, la belle, le voyage. Les murs se poussent, les gens disparaissent autour, on est en contact direct avec Fred Eckhoff. On choppe une note au passage et on saute sur son dos, à cru. A partir de là on se laisse aller et on laisse filer les minutes de concert et les chansons au rythme des paysages mélodiques splendides offerts par le groupe, toujours précisément dépeints, tout en conservant cette touche non préparée, de sérendipité qui fait les meilleurs live.

Nous avons pu capturer un extrait (avec nos moyens DIY) et soyez sûrs qu’en vrai c’est encore mieux…

Coup de matraque, dur retour à la réalité. La police s’invite. L’établissement est sommé de baisser le son (le quartier est résidentiel), le rêve doit s’arrêter, vite. Une ou deux chansons encore pour atterrir tranquillement, en douceur puisque c’est ce qu’ils sont, de la douceur. Les notes s’estompent, le concert s’arrête, le silence se fait une demie seconde et les applaudissements ravis, déchainés, un peu tristes de ne pouvoir en demander „ une autre “ clôturent ce magnifique instant.

Mais comment faire craquer un groupe de nordiques et faire de cette fin de soirée, de cette fin de tournée, une fin mémorable?

Réponse: La bière.

Quelques verres et quelques heures plus tard et les Halasan Bazar, Fredrik en tête, se proposent de finir en acoustique, la chanson qu’ils n’avaient pas eu le temps de jouer pendant le live: " This Time ".

Nous quitterons les lieux les oreilles comblées, promesse faite de foutre le Bazar ensemble pour leur prochain passage parisien.

- Halasan Bazar : Nouvel Album Space Junk (Crash Symbols) en tournée un peu partout cet été et de retour en France à la rentrée…
- Aalhaus (Hamburg)

Set List:

Live Without Love
You & I
Scroll Down
Tin Foiled
Go Out In Joy
Shine Away
This Time (acoustic)

Live pics and videos by JL