lundi 24 mars 2014

Cate Le Bon, City of angels and heavenly thoughts - Interview

Version française ici.

Discovered last november after randomly browsing the internet, we cyber-ran into a link to her new album "Mug Museum". We never could get rid of it since then. So, we dug, and dug even more, down to her roots, excavated her first recordings in welsh, her proximity with Gruff Rhys (ndr : Super Furry Animals) who took her under his wing, and her first album "Me Oh My" (2009).

More acoustic, Cate would leave her mark there, sometimes sweet and shy, sometimes sour and valiant, a burgeoning talent.

The style was already there, pure and perfect melodies, dreamy words carried by her leading guitar. Because yes, in addition to being one of the finest voices of her generation, same could be said about her sound. Guitars, she loves them, those that capture us perfectly and simply, those that catch us in their harmonies.

We know that Cate listened to the English rock scene of the 90's, things like Pavement, rock classics with her father, and, we think, a lot of Velvet Underground. Not really thinking of Nico here, with whom she has been much compared (voice and accent) but the others : the Welsh John Cale, Lou Reed, Sterling Morrison, Moe Tucker, and their dark and illuminated symphonies married with guitars and rhythmic projections ...

In 2012, her album " Cyrk " and the small yet brilliant following EP " Cyrk II ", raise some distortion envies and overwhelming splendor as it can be heard on Fold The Cloth, What Is Worse, That Moon or Seaside, Lowtide.

And then comes "Mug Museum", released late 2013, and the reason to this tour. Recorded in LA where she moved last year, her music could grow and mature, maybe thanks to the sunbathes. It’s now strong and subtle, she’s on top of her art.
It is a success that was also praised by her peers. Bradford Cox (Deerhunter) and Tim Presley (White Fence), among others, have been slapped in the face by this young Cymric talent from the old continent, that one that also beautifully covered the song "Chairs in the Dark " from the californian.

After dissecting her discography, there is no other option than falling into a strong addiction, and the only solution is to dig again and again. We can therefore give her musicians a try. On the Welsh side, there are the guitarist H. Hawkline and the bassist Sweet Baboo but also Dan Ward, the drummer, and his project "Droor" who comes from New Zealand. They all released great albums to discover.

Cate Le Bon is part of this generation of artists that makes us quiver, and that carry us away nowadays. And if you dig a little, gateways between musicians that we admire, are not so far away. Then in passing, it seemed logical to us to ask Guillaume Marietta from " The Feeling Of Love " for his opinion, having noticed he also fell under the spell of the beautiful Welsh and her universe, not so far from theirs. He asks her a few questions here denoted with an *.

It is near the Reeperbahn in Hamburg, at the Prinzenbar and its beautiful almost evangelical scenery, that Cate Le Bon greets us this evening of the 4 of March.

On stage, she electrifies herself, serene, elegant, and grabs us adorably. Her voice resonates and the Welsh tribe is closer than ever. Dark and fatal, she charms our ears, chills are there and, without noticing it, it's over ... Bye Bye Cate, send some news very soon.

Now the interview…

x At what point did you assume your voice and your way of singing?

Cate Le Bon : I think I never thought of myself as a singer, because in the school I went to, it was more like classical singing that was held in, that had a value, and I can’t sing classically very well. But then, I just started a school band and you know, it’s like an instrument, the more you sing the more you can sing...

But for some reasons, I was always trying to filtrate my accent from my singing so I think even on “Me Oh My”, that was probably the first things I properly recorded, I was very consenscious about my voice. But since then, I think I’ve just kind of stopped trying to sing in any particular way and I’ve just let my voice be what it is, and not be frightened because there are some words, for some reasons, I just can’t pronounce but that’s just the way it is.

x So do you play with your accent?

Yeah and just let it be what it is instead of trying to... There are certain words that I’m drawing to accentuate the accent and I think I like the sound of it and I’m also putting a lots of extra syllabes into it. It can prove to be quite useful ...

x How could you define your relation with the guitar, I don’t know if it’s your main instrument?

Yes and again it was one of the thing I was always frightened of playing live... But I’ve been lucky to play with good friends, who would bully me into playing.
I mean, for years, there have been solos that I just would’t play live. And they got to the point where they would walk over to me and press my fuzz pedal and then I have to. It’s also just confidence which grows...
I remember Tim from White Fence once telling me that he loved how I play guitar and it absolutely made my day because he’s one of my favorites guitarist... So it’s just... I love playing guitar...

x And you have your own style...

Yeah that’s one way of putting it! (laughs)

x How do you make it work with your voice?

I don’t really think about it too much... I don’t know, it’s really difficult trying to explain how you write a song because I just do it and I don’t think about it. A lot of the guitar parts melodies have come from the vocals melodies so it’s some delicate balance...

x The relation with your bandmates seems very strong, are they your soulmates?

Definitely yeah, we’ve been close for years, playing together. We all played in H. Hawkline’s band, in Steve’s band (Sweet Baboo)... We’ve been very lucky to have that.
H. Hawkline and I live in Los Angeles together and Steve came to record the record but we stayed there and live there now.

x And at what point did you tell yourself that you wanted to move to Los Angeles? As I remember an interview in 2010 where you already were talking about that...

I’ve always wanted to go. I went here years ago for Neon Neon stuff and it’s just a weird and wonderful city and I was really animate by it.
I didn’t want to just visit, I wanted to live there and really understand how it worked… And it’s beautiful, it’s hot, amazing musicians...

Some time ago, I was out there and we played a gig, White Fence supported us and we became friends since then.
And I was talking to Joe (ndr : Josiah Steinbrick, one of the producer of the album) who was playing in White Fence at the time and I said to him "Fuck, I’d really like to go to Los Angeles to make a record" and he said "well why don’t you just do it then? We could make it happen".
And then the next night I went to see them play again at the Troubadour and I was sat right at the top and I was just watching Nick, the drummer playing… "Holy shit! I have to have him play on my record!"
I asked him afterwards and he said yes so I thought "Well it’s gotta happen now… and if I don’t make the move now, I probably never will". Then Josiah asked Noah Georgeson if he could produce the record as well and then it kind of fall into place... So just all happened really, suddenly...

x Were you kind of bored with your Welsh life?

I think you just need a change sometimes as it’s easy to get caught up doing the same old thing. And it’s nice to have a break and work with new people and be surrounded by different climate... because suddenly it would affect the music you’re making and so...
There are some records that I really want to make with people once I’m out there and take advantage of all that, these wealths of musicians who are new to me, new studios, I guess new attitude towards life even. So make as much music as I can when I stand there.

x And you’re not feeling as a stranger there with your welsh roots?

No! I mean, there are some people who don’t understand me, but that’s fine! That happens in England too so it’s ok!

x Is Mug Museum an American album? or did you work on it before moving to the US?

Well I wrote a lot of it in Wales. But it was more like, having that time in a different city than where you constantly are doing things or seeing your family or close friends and you haven’t that time to just sit and go "right, I’m here to make this record".

I was very aware that I would have been foolish to go out there with all new musicians because we have a very special relationship when we play music as well as friends would have. So I wanted Steve and H. Hawkline to come with me but then use Nick and then these two American producers.
I think it was a nice mix where you didn’t go too far into the realms of the unknown and strange while you can still have its deepth and what we have made and build in Wales…

x In the video of "Are You With Me Now", we can see you handcrafting mugs... *

I started doing it after making the record. It was initially to switch off because I was constantly just thinking about the record, the music and everything and it was starting to become annoying. I did it to have that time away, and to do something different. And when you get back to it your mind is fresh. I think it has been one of the best thing I could have done to keep going on. It’s so meditative...

I made hundred mugs for the first LP’s order of the record so the video is me trying to find time to make the mugs and make a video...

x What does this kind of handcraft bring to your artist life? Do you think it interacts, communicates or answers with your music? *

Well, I kind of have the same attitude towards the mugs that I’m making as the songs whereas I’m not a perfectionnist, and I like things to be a little bit :"that’s the way they are". It’s true a point has to come when you have to stop messing with something or you’ll just loose complete track of it . It was kind of the same with making the mugs and when you kind of fuck around with it, you start loosing what you were going for in the first place. There is that moment when you have to go "right, this is finished". I have draw the same lines in both way. I’m quite happy if it’s not perfect but it’s what I like.

It’s interesting, to know, to have to make that decision to go right because you can’t go back and correct something once you’ve baked it and you can’t go back once it’s mastered. It’s good knowing when to make that decision.

I have the impression that your universe is connected from a distance or close up to some spirits. Spirits of our deads, primitive spirits with an animal figure, or spirit coming from elsewhere…? *

Yeah, I don’t know, it’s something that you can tie in, I guess explore. But it can change quite significantely from one day to the next. And so I guess a lots of the songs are an exploration of some sort of spiritual world and it kind of bring sense to the meaning.

And I grew up in the countryside and I have always just been so fond of animals and their presence. They’re symbols for things, that kind of themes, can always be the strongest things you could go towards...

x Are you haunted by this kind of spiritual thing?

I don’t feel haunted in a bad way about anything. I think there are hauntings that could happen. Haunting sounds like such a bad word but I don’t think it is. I’m not crazy!
But yes in the way of, when you feel something, yeah sometimes.

x And in your daily life? *

No, not so much but you know. You have moments especially when you’re traveling and you have a lot of time to think. Sometimes it can be a wonderful thing and sometimes it can be a curse.

x We can also find love as a theme in your lyrics. What is your point of view about that?

I don’t really have a thing about romantic love, it’s mostly familiar love, or platonic love. Mug Museum is mostly about familiar love. And I think on the most part I’m quite positive. But I struggle to write about romantic love because I’m quite shy.

x In the themes that Mug Museum alludes to, there is also the late passing of your Grand Ma…

It’s not a morbid record, it’s about afterwards, how things changes in a family afterwards. And again, you know, about that kind of haunting but a nice haunting where you kind of still feel someone... It’s about how the closest I will ever be trying to pin some sort of meaning of life...

x And about the change of your role in the family?

I just feel older but in the nice way, more understanding of my responsibilities as a sister, aunty and daughter. This was a time when you realise "oh okay" and you’re part of this system that has to keep moving and evolving whereas people can leave...

x And the figure of the woman in the family?

It’s very much maternal and female kind of...

x Could you advise us some good Welsh Musicians?

Obviously these boys(Sweet Baboo & H. Hawkline) and also R.Seiliog, Islet, and a lady called Tender Prey, she’s incredible, they are my favorites currently…

B. & J.
Thanks to Steve Sweet Baboo and Guillaume Marietta (The Feeling Of Love)

Cate Le Bon - Guitar and lead vocals
H. Hawkline - Guitar, keys and vocals
Sweet Baboo - Bass and vocals
Daniel Ward - Drums and vocals

2007 No One Can Drag Me Down (Recordiau Randomonium)
2008 Edrych Yn Llygaid Ceffyl Benthyg (Peski)
2009 Me Oh My (Irony Bored)
2012 Cyrk + Cyrk II (Ovni / Turnstile)
2013 Mug Museum (Turnstile)

dimanche 23 mars 2014

Cate Le Bon, Cité des anges et pensées célestes - L’interview

English version here

Découverte en novembre dernier après être tombé par hasard sur un lien d’écoute de son dernier album Mug Museum, on n’a depuis jamais pu décrocher. Alors, on a creusé, déterré ses débuts, ses racines, avec ses premières chansons en gallois, sa proximité avec Gruff Rhys (ndr: Super Furry Animals) qui l’a prise sous son aile, puis son 1er album "Me Oh My" (2009).

Plus acoustique, Cate y marquait de son empreinte, tantôt douce et timide, tantôt sûre et vaillante, un talent en pleine éclosion.

Le style était déjà là, mélodies pures et parfaites, mots rêveurs portés par une mise en valeur de la guitare. Car oui, en plus d’être l’une des plus belles voix de sa génération, il en est également de sa griffe musicale. Les guitares, elle les aime belles, celles qui nous saisissent parfaitement et simplement, celles qui nous capturent dans leurs harmonies.

On sait que Cate a écouté la scène rock anglaise des 90’s, des choses comme Pavement, les classiques rock avec son père, et on pense aussi beaucoup au Velvet Underground. Pas vraiment par rapport à Nico à laquelle elle a beaucoup été comparée (voix et accent) mais plutôt aux autres : le gallois John Cale, Lou Reed, Sterling Morrison, Moe Tucker, et leurs symphonies sombres et illuminées mariées aux guitares et aux rythmiques saillantes...

En 2012, son album " Cyrk " et sa petite suite éclatante sous forme d’EP, " Cyrk II ", élèvent des envies de distorsion et une splendeur bouleversante comme peuvent l’évoquer Fold The Cloth, What Is Worse, That Moon ou encore Seaside, Lowtide.

Puis arrive Mug Museum, sorti fin 2013 et qui justifie cette tournée. Enregistré à Los Angeles où elle a emménagé l’an passé, sa musique y a pris le soleil et toutes les bonnes influences des alentours. L’ensemble est fort et subtil, on atteint des sommets.
C’est un succès qui sera également encensé par ses pairs. Bradford Cox (Deerhunter) et Tim Presley (White Fence), entre autres, ont eux aussi pris en pleine face le talent de cette jeune kymrique débarquant du vieux continent, celle, qui a d’ailleurs sublimement repris ou plutôt réinterprété la chanson "Chairs in The Dark" du californien.

Après avoir décortiqué sa discographie, on devient addict, et la seule solution est de creuser encore et encore. On peut donc se pencher sur sa bande de fidèles musiciens. Du côté gallois avec le jeune guitariste H. Hawkline et le bassiste Sweet Baboo mais aussi le batteur néo-zélandais Dan Ward et son projet "Droor" qui ont tous sortis d’excellents albums à découvrir absolument.

Cate Le Bon fait partie de cette génération d’artistes qui nous fait trépider, et nous porte aujourd’hui. Et si l’on creuse un peu, les passerelles entre ces musiciens, que nous admirons, ne sont pas si éloignées que ça. Alors au passage, il nous a paru cohérent de demander son avis à Guillaume Marietta des Feeling Of Love, ayant remarqué qu’il était également tombé sous le charme de la belle galloise et de son univers, pas si éloigné du leur. Il lui pose ici quelques questions notées d'une * .

C’est près de la Reeperbahn à Hambourg, au Prinzenbar et son très beau cadre presque évangélique, que Cate Le Bon nous accueille ce soir du 4 mars.

Sur scène, elle s’électrise, sereine et pleine d’élégance, et nous happe adorablement. Sa voix résonne et la tribu galloise est soudée comme jamais. Sombre et fatale, elle nous en met plein les oreilles, les frissons sont là et, sans que l’on s’en rende compte, c’est déjà fini... Bye Bye Cate, donne-nous des nouvelles très vite.

Place à l’interview...

x À quel moment as-tu pris conscience de ta voix, de ta façon de chanter?

Cate Le Bon : Je pense que je ne me suis jamais vraiment vue comme une chanteuse "à voix" car à l’école que je fréquentais, c’était plus le chant classique qui était enseigné et mis en valeur. Donc même si je pouvais chanter dans la chorale, je n’étais pas très bonne pour ça. Mais à partir du moment où j’ai monté un groupe à l’école, comme tous les instruments, plus tu chantes, plus tu t’améliores…

Pour différentes raisons, j’essayais toujours de filtrer mon accent par rapport à ma façon de chanter, j’étais vraiment consciencieuse vis à vis de ça, et on peut l’entendre sur "Me Oh My" qui étaient mes vrais premiers enregistrements. Mais depuis, je pense que j’ai arrêté d’essayer de chanter d’une façon particulière et je laisse ma voix telle qu’elle est, sans me poser de questions et sans être intimidée par le fait que je prononce certains mots bizarrement, c’est juste comme ça.

x Donc tu joues avec ton accent?

Oui et je le laisse simplement être ce qu’il est… Il y a certains mots pour lesquels je fais exprès d’accentuer l’accent, d’y ajouter des syllabes et je trouve que ça sonne plutôt bien. Donc ça peut s’avérer utile…

x Peux-tu nous parler de ta relation avec ta guitare ?

Encore une fois, c’est quelque chose qui m’a toujours intimidée, notamment pour le live. Mais j’ai la chance de jouer depuis des années avec des bons amis qui m’ont toujours poussée.
Pendant des années, il y a plein de solos que je ne voulais pas jouer live. Au point que mes amis ont du me bouger et quasiment appuyer sur ma pédale de fuzz, et là, je n’avais plus le choix. Et puis au fur et à mesure la confiance grandit…
Je me souviens du jour où Tim de White Fence, m’a dit qu’il adorait ma façon de jouer. Ça m’a tellement fait plaisir, car c’est vraiment l’un de mes guitaristes préférés… donc voilà, j’aime jouer de la guitare…

x Et puis on peut dire que tu as ton propre style...

Oui, on peut dire ça comme ça ! (rires)

x Comment tu mêles ça avec ta voix ?

Je n’y pense pas vraiment, je ne sais pas. C’est difficile d’expliquer comment tu écris une chanson, ça vient comme ça. La plupart des mélodies à la guitare viennent des mélodies vocales, c’est un équilibre délicat à trouver…

x Ta relation avec tes musiciens parait très forte, un peu comme des âmes sœurs…

Complètement oui, on est très proche depuis toutes ces années à jouer ensemble. On a tous joué les uns pour les autres, dans le groupe de H. Hawkline, dans le groupe de Steve (Sweet Baboo)… On a vraiment de la chance d’avoir cette relation.
H. Hawkline et moi vivons ensemble à LA et Steve est venu pour l’enregistrement de l’album et on y est tous restés depuis.

x Et à quel moment tu t’es dit que tu voulais aller vivre là bas ? Car je me souviens d’une interview en 2010 où tu en parlais déjà.

J’ai toujours voulu y vivre. J’y suis allé la première fois il y a quelques années avec Neon Neon et j’ai découvert une ville merveilleuse et étrange, qui m’a vraiment animée.
Je ne voulais pas juste visiter, mais vraiment y vivre et comprendre comment ça fonctionne là bas. Et puis c’est beau, il fait chaud, il y a des musiciens extraordinaires…

Il y a quelque temps, on y a joué un concert avec White Fence avec qui on est en quelque sorte devenu ami, en plus d’apprécier mutuellement notre musique.
Et je parlais à Joe qui jouait avec White Fence (ndr : Josiah Steinbrick, l’un des producteurs de l’album) : " mais merde, j’aimerai vraiment venir à LA pour enregistrer un album " et lui m’a répondu " mais pourquoi tu ne le fais pas alors ? On peut mettre ça en place… "
Le lendemain soir, White Fence jouait au Troubadour et j’étais au balcon, juste en face du groupe et je ne pouvais pas décrocher de Nick (Murray), le batteur. " Putain de merde ! Je dois avoir ce mec sur mon album ! "
Donc je lui ai demandé juste après et il a m’a dit oui et c’est là que je me suis dit : " Ok, ça doit se faire maintenant " avec le sentiment que si ça ne se faisait pas maintenant, ça ne se ferait jamais. Et puis Josiah a demandé à Noah Georgeson s’il voulait aussi produire l’album et donc au fur et à mesure, quelque chose s’est mis en place. Donc tout ça s’est fait assez soudainement…

x Tu en avais marre de ta vie au Pays de Galles ?

Je pense que parfois tu as juste besoin d’un changement. C’est facile de se retrouver bloqué, enfermé sur soi-même à faire les mêmes choses. Ça fait du bien de couper et de travailler avec de nouvelles personnes, de se retrouver dans un nouvel environnement, ça affecte directement ta musique…
Et il y a des choses que j’ai vraiment envie de faire avec les gens là bas, profiter de la richesse musicale locale avec tous ces musiciens, les studios, la façon de vivre et de voir, toutes ces choses qui sont nouvelles pour moi. Faire le plus de musique possible tant que je suis là-bas !

x Et tu ne te sens pas étrangère là bas?

Non, bon, il y a des gens qui ne me comprennent pas, mais ce n’est pas grave, ça arrive aussi en Angleterre ! (rires)

x Mug Museum, c’est un album américain ? Ou tu avais commencé à travailler dessus avant ?

Et bien, j’en avais écris une grosse partie au Pays de Galles, mais je dirais que c’est plus le fait de vivre, d’avoir cet environnement, dans une ville différente, alors que " chez toi " tu as toujours des choses à faire, voir ta famille, tes amis et tu n’as as vraiment le temps de t’assoir et de te dire : " ok maintenant je fais ce disque ".

Je suis assez consciente du fait que j’aurais été stupide d’aller là bas seule et d’avoir tout fait avec des nouveaux musiciens car avec les membres du groupe, on a vraiment cette relation spéciale quand on joue en plus d’être amis. Donc je voulais vraiment que Steve et H. Hawkline viennent avec moi, prendre Nick à la batterie, et les deux producteurs qui sont américains.
Je pense que finalement ça a donné un bon équilibre où on ne s’est pas aventuré trop loin dans l’inconnu et l’étrange en gardant la profondeur et les bases qu’on a bâti au Pays de Galles.

x Dans ton clip, "Are You With Me Now", on te voit faire des mugs en terre cuite... *

J’ai commencé juste après avoir terminé d’enregistrer l’album. A l’origine, c’était histoire de faire un break, de me couper de tout ça car j’y pensais constamment et ça devenait assez pénible… J’ai fait ça pour me changer les idées, faire quelque chose de différent et pouvoir y revenir avec l’esprit clair et libéré et au final c’était une super idée afin de passer à autre chose. C’est tellement méditatif…

Et en fait, j’ai du fabriquer une centaine de mugs pour les premières commandes de l’album (ndlr : ces mugs étaient offerts avec les disques et le label n’avait pas prévu tant de demandes), donc la vidéo c’est moi essayant de trouver du temps pour finir les mugs tout en faisant un clip…

x Qu’est ce que cette forme d'artisanat apporte à ta vie d'artiste. Comment ça se répond ? *

Et bien, j’ai le même état d’esprit quand je fais des mugs que quand j’écris une chanson, dans le sens où je ne suis pas une perfectionniste, et j’aime bien les choses " comme elles sont ". Il y a toujours un moment où tu dois arrêter de te prendre la tête sinon tu perds complètement le fil. C’était un peu la même chose dans la fabrication de mes mugs, si par exemple je voulais les retravailler encore et encore, au final je foutais complètement en l’air le résultat. Dans ce cas là, tu en oublies ton objectif de départ. Il y a un moment où tu dois te dire " maintenant, c’est fini ". Donc j’ai la même approche et vision pour ces deux choses. Je suis plutôt contente même si ce n’est pas parfait mais c’est aussi comme ça que j’apprécie les choses.

C’est intéressant, de prendre conscience et de savoir que tu as cette décision à prendre à un moment donné car tu ne peux pas retravailler quelque chose une fois que tu l’as cuit comme tu ne peux pas revenir en arrière une fois que c’est masterisé. C’est bien de savoir quand tu dois prendre cette décision.

x J'ai l'impression que ton univers est connecté de prêt ou de loin aux esprits, esprits de nos morts, esprits primitifs avec la figure de l'animal, ou esprits venus d'ailleurs...? *

Oui, c’est quelque chose auquel on peut se rattacher, et explorer j’imagine. Mais ça peut avoir plus où moins d’influence d’un jour à l’autre. Et je pense que beaucoup de mes chansons sont des explorations de sorte de mondes spirituels et ça donne une certaine perception par rapport à leur signification.

Et j’ai grandi à la campagne et j’ai toujours adoré les animaux et leur présence. Les symboles qu’ils peuvent représenter, ce genre de thèmes. Ce sont vraiment les choses les plus fortes vers lesquelles on peut aller ...

x Tu es hantée par des choses spirituelles ? 

Je ne me sens pas hantée dans le mauvais sens par quoi que ce soit. Je pense qu’il y a des apparitions, dans le fait d’être hanté, qui peuvent arriver. Mais ce mot " Hanté " sonne tellement négatif alors que je ne trouve pas que ça soit toujours le cas. Je ne suis pas folle hein ! (rires) mais oui, dans le sens où tu ressens certaines choses, oui parfois.

x Et dans ta vie de tous les jours? *

Non, pas tant que ça, mais il y a des moments, particulièrement quand tu voyages beaucoup par exemple pendant les tournées, où tu as beaucoup de temps, et donc pour penser. Parfois ça peut être très bon et stimulant mais parfois ça peut aussi être un poids.

x On retrouve le thème de l’amour aussi dans tes paroles, ton point de vue par rapport à ça ?

Je n’aime pas vraiment écrire sur l’amour romantique, c’est principalement familier, ou platonique. Mug Museum évoque l’amour familier, et dans l’ensemble, j’y suis plutôt positive. Mais j’ai du mal à écrire sur le côté romantique de l’amour, parce que je suis timide.

x Et Mug Museum évoque aussi la mort dans la famille, par rapport au décès de ta grand mère…

Mais ce n'est pas un album morbide, il s'agit de la suite, comment les choses changent dans une famille après ça, et encore une fois cette espèce de hantise, mais une belle hantise où tu sens la présence de quelqu'un... Je suppose que c’est ma façon d’essayer de chercher et de cerner une sorte de sens de la vie ...

x Et un changement de ton rôle dans la famille comme tu l’as déjà évoqué ?

Je me sens plus vieille, mais dans le bon sens, je comprends plus mes responsabilités de sœur, tante et fille. Ce sont des moments où tu réalises, " oh ok " et tu fais partie de ce schéma qui doit aussi continuer à aller de l’avant et à évoluer quand il arrive que des personnes s’en aillent où te quittent en quelque sorte…

x Et ta place en tant que femme dans la famille ?

Oui, c’est plus maternel et féminin…oui

x Est ce que tu peux nous conseiller un peu de musique galloise ?

Evidemment, les gars (Sweet Baboo & H. Hawkline) et puis R.Seiliog, Islet, et une jeune fille qui s’appelle Tender Prey, elle est incroyable, ce sont mes favoris en ce moment…

B. & J.
Merci à Steve Sweet Baboo et Guillaume Marietta (The Feeling Of Love)

Cate Le Bon - Guitar and lead vocals
H. Hawkline - Guitar, keys and vocals
Sweet Baboo - Bass and vocals
Daniel Ward - Drums and vocals

2007 No One Can Drag Me Down (Recordiau Randomonium)
2008 Edrych Yn Llygaid Ceffyl Benthyg (Peski)
2009 Me Oh My (Irony Bored)
2012 Cyrk + Cyrk II (Ovni / Turnstile)
2013 Mug Museum (Turnstile)