vendredi 26 juillet 2019

Get Lost Fest 7 in Hamburg - Thu. 29.08 Sa 31.09 / Wild Wax Shows

https://www.facebook.com/events/433998653850176/


GET LOST! FEST 7 is coming soooon!
BE THERE HAMBURG!!!!

TICKETS:


Ticketmaster
https://www.ticketmaster.de/event/339255?camefrom=de_va_01374

TixForGigs
Kombiticket:
https://www.tixforgigs.com/site/Pages/Shop/ShowEvent.aspx?ID=30486

Friday: https://www.tixforgigs.com/site/Pages/Shop/ShowEvent.aspx?ID=30487

Saturday: https://www.tixforgigs.com/site/Pages/Shop/ShowEvent.aspx?ID=30488


--> THU 29.08 
 
WELCOME PARTY
KOMET

LIVE: TRAMPOLINE TEAM (USA) + DADAR (ITA)
DJ: VJ WASTED
TICKETS AT THE DOOR ONLY

 

--> FR 30.08 
 
HAFENKLANG

Doors: 19:00 Start: 20.00
BUCK BILOXI (USA)
SHITTY LIFE (ITA)
ACID BABY JESUS (GRC)
FRIENDS OF DOROTHY (SWE)
LASSIE (D)
JIVE STREET REVIVAL (D)
PSCIENCE (USA)

LATE NIGHT SHOW
MOLOTOW

Doors: 02.00 Start: 02.30
LOS ASS-DRAGGERS (ESP) + SPECIAL GUEST
DJ: GUYBRUSH THREEPWOOD
FREE ENTRaNCE WITH FESTIVAL WRISTBAND


 
--> SAT 31.08

BOATRIDE
FRAU HEDI

Doors: 14.00 Start: 14.30
LIVE: MICHAEL HE-MAN (USA) & BEE BEE SEA (ITA)
DJ : SNAKEFACE
https://www.facebook.com/events/553275848530509/


HAFENKLANG

Doors: 19.00 Start 20.00
RADIOACTIVITY (USA)
TV’s DANIEL (USA)
EKE BUBA (HRV)
BAD SPORTS (USA)
MARTIN SAVAGE GANG (SW)
PIG FRENZY (NL)
DEATH ROW GROUPIES (AUT)

AFTERSHOWPARTY
DJ: OIHANE FOLLONES

POSTERARTWORK BY THE AMAZING Marcus Schäfer

SEE YOU SOOOONNNNNNN
WOHOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

mercredi 31 octobre 2018

La Luz - Interview and dreams




Version française ici.


In the beginning, there was Shana Cleveland (guitar), Marian Li Pino (drums), Lena Simon (bass), and Alice Sandahl (keyboard). La Luz was born and we discovered them in 2013 following the first releases : the Damp Face EP then the full-length album It’s Alive. At the time, we’ve been pleasantly seduced by the sweet and classy surf rock music played by the American quartet. (see Mixtape WOL).

Then came the end of the 2015 summer. Their second album, Weirdo Shrine, produced by Ty Segall, unveiled some darker-faced, wild and mystical vibes. The melodies were becoming heady, as well as the vocal harmonies – where the riffs and captivating rhythmics were enchanting. From now on, it was clear that these girls were showing us the way. Let there be light.






Their wonderful last album, Floating Features, popped up in May 2018 . It was not expected, but it was perfectly timed. Just before summer. And it really carried us the last month. We strongly recommend this album, a “must have” to be honest. Every song is beautiful, powerful, magic, warm… What more can we say other than, thanks girls! You are one hell of a rock band.

With a lovely view of Hamburg’s harbour, we met the American girls to have a chat before their concert at Hafenklang. (4/10/2018).






x The first line up of La Luz was included only Shana and Marian, if I’m right. How did everyone find each other?

Shana : Yeah and 2 different girls. Before that, me and Marian played in a band together, The Curious Mystery.
I was kind of tired with it and I had this idea, “Hey I wanna form a band that has like four female vocals” so I asked Marian if she wanted to be in it and play drums and she said yes. We had the two of us then she recommended Alice because they had played together in a band but then Alice kind of blew us off… So we went first with this other keyboard player. Then Alice finally joined so it came through at the end! Then the former bass player wanted to do other stuff after couple of years, so Lena joined.


x Could you please tell us about your first encounter with music?


Shana : My parents were musicians, so just through hearing their band was my first encounter with music. They played together in different bands when I was born. They’re still playing in different bands… like my dad plays in 10 bands or something. He lives in Michigan, that’s where I grew up and my mom lives in Seattle.

Marian: My parents were not in bands or anything so for me it was just through education. Like in school, they introduced you to music, you just pick an instrument and I picked clarinette. I discovered and learned to play music that way, classically and then jazz, then rock and roll…

Lena: Same for me. But my first memory was being on the floor, I guess as a really young child, listening to Peter and the Wolf, like the story and the music. My dad was just playing that. It’s actually really cool, I loved it.

Marian : I also remember when my parents got me my first drum kit for Christmas. At first they put out only the snare drum and I was already elated, just by that one piece, like “oh my god, this is the coolest thing, this is the best christmas present of all time! “. And they had actually combined with the rest of my extended family to get the whole drum kit, I was literally out of my mind!

Alice : I remember my mom playing the piano a lot, and it intrigued me. Then I wrote my first song very young before I even knew how to play… It was about cat (laughs), but it was like very boring. And my dad played guitar, he was really into this folk musician Gordon Lightfoot so I would just sing along with him… so now I really love Gordon Lightfoot.






x About the last album, Floating Features, what does ‘Features’ really mean?

M : Feature is like your nose is a feature, your eyes, it doesn’t have to be on a face, it’s more little details…
S : It’s also something that people use to describe films, like a feature film so it has a lot of meanings.
I think of it as a psychedelic kind of way that dreams and movies can be. They can be close to reality and also just a little bit off. I feel like that’s a sort of a recurring theme from the album.


x Then, where do these Floating Features come from?

S: From your mind!
I have had a lot of dreams where my mouth gets really big for some reason…
But the features on the cover were sort of a happy accident. We had this idea to make sort of a set for the cover of the album and also for the Mean Dream video. We thought maybe it would have plants, just sort of look like a beast in reality but being a little off and strange and with a performance…
And actually my friend Lauren Corden already had made these giant features so it was perfect and tied in the title, even more than the original idea…

M: We also liked the idea that Floating Features could be a band. It could sound like a different band, the Floating Features but it was also the title of the album. It’s kind of letting you write your own narrative, I guess, to how it would be perceived.
S: I thought it could be a really cool band name with the instrumental title track. It’s kind of the way we thought of it: The Floating Features play this title track, like Sgt. Peppers...





x Your music always evokes the natural world to me, like in a mystical way, do you know where that comes from?

S: Do you mean the kind of imagery in the lyrics?
As I wrote half of those lyrics in the country actually, in California, in a small town. I’ve always liked going to parks to write lyrics, I don’t know why. I think that there is something about the white noise of nature and that it’s less intimidating to come up with words in a place where there is sort of noise than in a silent room... Sometimes it’s even nicer to go to the ocean or to the river, some place that is naturally loud and so you can just sing into the air. It’s less claustrophobic… I feel it’s easier for my mind to wander – when it is not so confined…


x Reminds me of Seattle – where you’re from originally, before moving to LA. It’s completely surrounded by nature isn’t it?

S : Yeah, parks, mountains, it’s beautiful nature.
M: Everywhere there is a forest or a lake or a river... You almost can’t escape nature, it’s there all the time…


x Like an "enchanted forest"?

S: Yeah. The first time I went to the Northwest (Pacific Northwest, Seattle etc.), I was moving up there from LA. I stopped at a rest area but it was just so beautiful, I couldn’t even believe it, it looked like “Hobbit land” (the Shire). The trees were covered with moss and that’s totally normal in the Northwest but I’d never seen anything like that before… I was like “Holy shit, this is like a magical Jungle”, it does feel really magical – sort of dark and lush and green…




x Is it important for you to live close to nature?

All: Sure….
M: That’s kind of how the US feels to me, there is always nature or any coast by… Maybe every country is like that…
S: When I lived in Chicago, I felt like there was no escape.
M: I guess NYC feels like that too.
L: But you can go to the beach though…
S: But it’s like a city beach…


x Shana, I read that you were drawing comics, do you still have time for that? And is there a link with your music?


S: Yeah a little bit, not as much as I’d like too… it’s pretty hard... Comics are hard. I wanted to do a comic for The Creature, like our song The Creature. I started one but I never finished…
About the link, it is sort of vague. The magic of media made much more made of it than actually existed. There is this comic, “Black Hole” from Charles Burns, which is based in Seattle and a lot of the action takes place in this park that was right next to where I used to live, and had some really of strange experiences. So yeah, I just think it asserted the feeling of that comic in the previous album Weirdo Shrine..





x What do you like about performing live?

S: It’s just great when you have a great show and when you make a connection. That doesn’t always happen but that happens a lot. Some nights, people are not really engaging – you’re gonna have the worst show…
I don’t know if people realize that necessarily, but they have a lot of power in what kind of performance it’s gonna be. And we give more, the more we get from the audience.
It’s always sort of a gamble. You don’t know what kind of night it’s gonna be. Then sometimes this magic thing happens, when it feels like we are all, everyone in the room is going to the same thing together. There is just a connection. For me that’s what I like the most about it. When there is this magical understanding taking place through the power and the beauty of music…

M: We are playing mostly the same songs every night and every day can feel vastly different. One night can be, they didn’t care or I didn’t care, and it wasn’t a good show or it can be “Wow, that was so much fun”, they were dancing, we were dancing, everyone is smiling…

L: You see them laughing and smiling and singing and it makes all the difference… Ok this is worth it now! Like some adrenaline I’m sure. There was one of our shows in this tour where I felt like that, it was either in Copenhagen or Paris and the audience made me really happy. I felt warm inside.





x Actually I was asking myself, do you sleep well during a tour?

M: Actually yes! I was just talking about that this morning. I tend to sleep very well on tour.

x And do you dream?

M: Sometimes… They say that changing where you are everyday helps you to dream… But I have no control over my dreams.

S: I remember my dream of last night… You want me to tell...? (laughs)
I just dreamed I went out for a hamburger with my grandma…. It never got to the eating but we were going out to eat an hamburger…

x Then you arrived in Hamburg...

S: Yeah that’s true! Have you guys got a lot of good hamburgers here?



--Hafenklang’s cook shouting: “ THE DINNER IS READY !!!--“ “



x Before you go to dinner, could you give us some playlist tips? What did you listen during the tour for example?

Shana: Dig in the Cutworms album!

Lena : I just put on one of the latest Deerhunter album, from 2013 (Monomaniac). I hadn’t really ever dived into it and there were some cool tracks. It’s the one where it kind of go back and forth between this fuzzy garage and more bedroom electronic sounds. It’s cool.

Marian : I’m listening to classical trompette music, this lady Alison Blossom, she’s the best.

Alice: I have a lot of music in my phone, but I’ve been listening to Erykah Badu’s latest mixtape, I really like it, it’s really good… It’s not even that recent…

...Yeah the basic….





---Outro ---

That night, the show definitely made us feel warm inside. A lot of passion, nice riffs, nice people, a great harmony where the girls made us dance and sing.


La Luz were also supported by a really cool english band: Peggie Sue.
To be continued…
Check out our interview related playlist here:




Thanks to La Luz, Ryan Hardly Art, Hafenklang's team, Malko, Christopher and Francis.

B.


La Luz / Discography :
- La Luz - Damp Face EP 2012
- La Luz - Brainwash EP - Suicide Squeeze 2013
- La Luz - It's Alive - Hardly Art 2013
- Shana Cleveland and the Sandcastle - Oh Man, Cover The Ground - Suicide Squeeze 2015
- La Luz - Weirdo Shrine - Hardly Art 2015
- La Luz - Floating Features - Hardly Art 2018


La Luz - Interview de rêves




English version here.


Au commencement étaient Shana Cleveland (à la guitare), Marian Li Pino (batterie), Lena Simon (basse) et Alice Sandahl (claviers). La Luz était né et nous les découvrions en 2013 suite à la sortie de leurs premières galettes, le Damp Face EP puis l’album It’s Alive. À l’époque, on avait été agréablement charmé par le surf rock classe et attachant des américaines (voir Mixtape ici WOLXV).

Puis vint la fin de l’été 2015. Leur 2ème album, le bien nommé Weirdo Shrine, produit par Ty Segall, révélait un visage plus sombre, mystique et sauvage. Les mélodies y devenaient déjà entêtantes, les harmonies vocales aussi… Telles des enchanteuses aux riffs redoutables et aux rythmes enivrants, il était incontestable qu’elles nous montreraient désormais la “voix”… Et la lumière fût.






C’est en mai 2018 qu’est arrivé Floating Features, leur magnifique dernier album. On ne s’y attendait pas, mais il a débarqué à point nommé. Comme ça. Juste avant l’été. Et il nous a fièrement et fidèlement porté ces derniers mois. On vous le recommande, c’est un “must have” comme on dit. Toutes les chansons sont belles, fortes, magiques, chaleureuses… Que dire de plus à part un grand merci les filles ? Vous êtes un sacré bon groupe de rock.

C’est avec la belle vue sur le port de Hambourg, à l’Hafenklang, que l’on a pu rencontrer et échanger quelque peu avec les américaines avant leur concert (4/10/2018).






x La première formation de La Luz, c’était seulement vous deux, Shana et Marian, si je ne m’abuse. Comment vous êtes-vous trouvées?

Shana : Oui c’est ça. À l’époque (ndlr: ca 2011), on jouait ensemble dans ce groupe : The Curious Mystery.
J’en avais un peu marre et j’avais en tête de monter un projet avec 4 chants féminins, donc j’ai proposé à Marian d’y jouer de la batterie. Elle m’a recommandée Alice (avec qui elle avait joué, dans un autre groupe), mais elle nous a d’abord mis un vent. On a donc commencé avec une autre fille... Et puis quelque temps plus tard, Alice nous a finalement rejoint ! Au départ, on avait aussi une autre bassiste mais qui a quitté le groupe pour d’autres projets. C’est à ce moment là que Lena est arrivée.


x Pouvez-vous évoquer votre première fois avec la musique?


Shana : Mes parents sont musiciens, donc ma première rencontre avec la musique s’est faite via leur groupe. Ils jouaient ensemble quand je suis née. Ils jouent toujours d’ailleurs mais dans différentes formations. Mon père doit avoir une dizaine de groupes. Il vit dans le Michigan, là où j’ai grandi. Ma mère, elle, vit à Seattle.

Marian: Me concernant, ça s’est fait à l’école. On avait des cours d’introduction à la musique où tu pouvais choisir ton instrument et j’avais pris la clarinette. J’ai découvert et appris à jouer comme ça, d’abord par le classique, puis le jazz, puis le rock and roll...

Lena: Pareil pour moi. Mais mon premier souvenir, je pense que c’était quand j’étais toute jeune, à écouter Pierre et le Loup, l’histoire et la musique. Mon père le mettait souvent. C’est vraiment cool en fait, j’adorais écouter ça...

Marian : Je me souviens aussi quand mes parents m’ont acheté ma première batterie. C’était pour Noël et il n’y avait que la caisse claire au départ, mais ça m’avait rendu dingue. Le cadeau de Noël le plus cool au monde ! Et puis ils s’étaient cotisés avec le reste de la famille pour m’offrir le kit de batterie complet. J’étais complètement aux anges !

Alice : Je me souviens de ma mère qui jouait beaucoup de piano et ça m’intriguait beaucoup. J’ai dû écrire ma première chanson à cette période. J’étais toute petite, bien avant de savoir vraiment jouer… Une chanson sur les chats je crois... C’était pas terrible! Et aussi, mon père jouait de la guitare. Il était à fond dans ce musicien folk, Gordon Lightfoot : je me souviens avoir souvent chanté ça avec lui. J’aime toujours beaucoup Gordon Lightfoot.






x À propos du dernier album, Floating Features, que signifie vraiment “Features”?

M : Features, ça peut désigner les traits du visage par exemple, le nez, les yeux et leur détails…
S : C’est aussi un mot que les gens utilisent pour décrire un type de film, un long métrage. Ça peut avoir plein de sens différents en fait.
Je le vois aussi comme cette facette psychédélique que peuvent renvoyer les rêves ou certains films. Quand ils sont à la fois proches mais aussi un peu hors de la réalité. Pour moi, c’est quelque chose que l’on retrouve tout au long de l’album.


x Et alors d’où viennent-elles, ces Floating Features? (figures flottantes)

S: De ton esprit !
J’ai fait pas mal de rêves dans lesquels ma bouche devenait énorme, je ne sais pour quelles raisons…
Mais par rapport à la pochette et au nom de l’album, c’est plus un heureux hasard. En effet, on avait eu l’idée de cette espèce de plateau / scène pour le visuel de la pochette et pour le clip de Mean Dream. Avec, par exemple, des plantes bizarres, dans un décor un peu étrange... et au milieu le spectacle.
Et puis en fait, mon amie Lauren Corden avait fabriqué ces costumes en forme de traits de visage “features” géants. On s’est dit que ça correspondait parfaitement au thème et au nom de l’album, et même plus qu’à l’idée de départ !

M: On aime aussi beaucoup l’idée que Floating Features pourrait être le nom du groupe, que ça puisse porter à confusion.
S: Oui, j’ai toujours trouvé que ça pouvait être un super nom de groupe. Ça pourrait être un autre groupe, éponyme à la première chanson de l’album qui, en plus, est instrumentale. Ça donnerait :”The Floating Features jouent Floating Features”... à la Sgt. Pepper…





x Votre musique m’évoque toujours la nature, avec un côté mystique, ça vient d’où?

S: Tu penses aussi à ce que renvoie l’imagerie des textes, non?
Car j’ai écrit la plupart des textes à la campagne, en Californie. J’aime bien aller me poser dans un parc ou dans la nature pour écrire mes textes, je ne sais pas trop pourquoi. Il y a sûrement quelque chose de stimulant avec cette espèce de bruit de fond que tu retrouves en pleine nature. C’est moins intimidant de trouver l’inspiration et les mots dans ce genre d’environnement, plutôt que dans une pièce complètement silencieuse. J’adore me retrouver près de l’océan ou d’une rivière, ce genre d’endroit naturellement bruyant où tu peux chanter, dans le vent. C’est beaucoup moins claustrophobique. C’est plus facile pour moi de divaguer, de laisser mon esprit se balader quand il n’est pas confiné…


x Je pense à Seattle d’où vous veniez avant de déménager à LA. C’est complètement entouré par la nature, non?

S : Oui tout à fait, il y a plein de parcs, de montagnes et la nature y est magnifique…
M: Il y a des forêts, des lacs et des rivières partout! C’est comme si tu ne pouvais pas t’échapper de cette nature, elle est omniprésente.


x Il y a des forêts enchantées?

S: Oui! La première fois que je suis allé dans le Northwest (Pacific Northwest, Seattle etc.), je déménageais de L.A., et on s’était arrêtés sur une aire de repos. Autour, c’était tellement beau, je n’en croyais pas mes yeux. On aurait dit le Comté des Hobbits. Tous ces arbres couverts de mousse... ce qui est tout à fait normal dans le Northwest! Mais je n’avais jamais vu ça avant! Je me disais “Wow, mais c’est quoi ça, une jungle magique?!” Ça a tellement ce côté féérique, un peu sombre, plein de végétation et de vert….




x C’est important pour vous de vivre près de la nature?

Toutes: Oui clairement!
M: C’est un peu ma vision de ce que tu peux retrouver aux US : la nature n’est jamais loin. Enfin peut être que c’est pareil dans tous les pays…
S: Mais quand je vivais à Chicago, je me sentais vraiment coincée : comme si il n’y avait aucun moyen de s’échapper…
M: Je pense que c’est un peu pareil quand tu vis à NYC, non?
L: Mais tu peux aller à la plage…
S: Oui enfin une plage “urbaine”...


x Shana, j’ai lu que tu dessinais des BD. Tu as toujours le temps pour ça? Et y-a-t-il un lien avec ta musique?


S: Oui un peu... Pas autant que je le voudrais car la BD, c’est un exercice difficile… Donc on verra quand j’aurai un peu plus de temps. Je voulais faire une BD sur The Creature, comme la chanson. Je l’ai commencée mais jamais finie...
Par rapport au lien avec la musique, c’est plutôt vague et ça a un peu été exagéré dans les médias par rapport au précédent album Weirdo Shrine. Mais il y avait cette BD, Black Hole de Charles Burns, qui m’avait plus ou moins inspirée. L’histoire se déroule à Seattle et notamment dans un parc qui se situait à côté d’où je vivais, et il s’y passe des choses bizarres…





x Qu’est-ce que vous aimez dans le fait de jouer sur scène ?

S: C’est juste génial quand le show se passe bien et que tu arrives à créer un vrai lien. Ça n’arrive pas tout le temps mais assez souvent. Dans le cas contraire, c’est naze pour tout le monde….
Je ne sais pas s’il en a conscience, mais le public a beaucoup d’influence sur ce que sera le concert. Et nous, plus les gens nous donnent, plus on donne.
En fait c’est une sorte de pari. Tu ne peux rien prévoir à l’avance. Comment va se passer la soirée? Et puis tu vas avoir ce truc, quand tout le monde est sur la même longueur d’onde et va dans la même direction, qu’il y a la connexion. C’est ce que j’aime le plus dans le fait de jouer. Quand la magie opère à travers la puissance et la beauté de la musique.

M: On joue souvent plus ou moins le même set, mais chaque ça peut être à chaque fois infiniment différent. Un soir, tout le monde va s’en foutre et le show va être naze ; alors que l’autre va être ultra fun : le public danse, nous dansons, tout le monde sourit…

L: Quand tu vois tout le monde rire et chanter, là tu peux te dire que ça vaut le coup. Tu as la montée d'adrénaline… J’ai ressenti ça sur certains concerts de la tournée - je ne sais plus si c’était à Copenhague ou à Paris - où le public m’a vraiment fait me sentir bien, ça m’a remplie de chaleur.





x Je me demandais d’ailleurs, est-ce qu’on dort bien pendant une tournée?

M: Eh bien en fait, oui! Je parlais justement de ça ce matin et j’ai tendance à très bien dormir en tournée.

x Et vous rêvez?

M: Parfois oui… Il se dit que le fait de changer d’endroits tous les jours t’aide à plus rêver… Mais je ne contrôle pas mes rêves...

S: Je me rappelle de mon rêve de la nuit dernière ! Vous voulez que je vous raconte ? (rires)
J’ai juste rêvé que je sortais pour aller manger un hamburger avec ma grand-mère. On n’est jamais arrivées au moment de manger, mais on y allait...

x Et tu es arrivée à Hambourg...

S: Oui c’est vrai! D’ailleurs vous avez des bons hamburger à Hambourg?



--- Le cuisinier de l'Hafenklang crie à plusieurs reprise: “ THE DINNER IS READY !!!“



x Bon, avant que vous n’alliez dîner, auriez-vous quelques conseils musicaux à nous donner? Ce que vous écoutez pendant la tournée, par exemple?

Shana: Tu peux digger l’album de Cutworms!

Lena : J’ai pas mal écouté l’un des derniers albums de Deerhunter, celui sorti en 2013 (ndlr: Monomaniac). Je ne m’étais jamais vraiment plongée dedans et il y vraiment de bons morceaux. C’est celui qui va et vient entre des chansons fuzzy garage et d’autres plus dans le genre bedroom electronic… vraiment cool.

Marian : J’écoute beaucoup de trompette classique. Cette fille Alison Blossom, c’est la meilleure!

Alice: J’ai plein de choses dans mon téléphone mais j’écoute la mixtape d’Erykah Badu en ce moment, une des dernières, mais ce n’est pas très récent, j’aime vraiment beaucoup…

...La base….





---Outro ---

Le concert de ce soir là nous a en tout cas réchauffé le coeur. On aurait même voulu que le son soit encore plus fort. De la passion, des beaux riffs, des belles personnes, une belle communion où elles nous ont fait danser et chanter...


À noter la très bonne première partie assurée par les anglais de Peggie Sue.
à suivre…
La playlist à écouter ci-dessous :




Merci à La Luz, Ryan Hardly Art, la team Hafenklang, Malko, Francis, Chris.

B.


La Luz / Discographie :
- La Luz - Damp Face EP 2012
- La Luz - Brainwash EP - Suicide Squeeze 2013
- La Luz - It's Alive - Hardly Art 2013
- Shana Cleveland and the Sandcastle - Oh Man, Cover The Ground - Suicide Squeeze 2015
- La Luz - Weirdo Shrine - Hardly Art 2015
- La Luz - Floating Features - Hardly Art 2018