mercredi 4 septembre 2013

Warm Soda - Matthew Melton 's interview - On a trip to Fuzz City

 Version française ici

Behind Warm Soda, the prolific West Coast resident and coolest moustached man around, Matthew Melton is pulling the strings, from his Castle Face Records member chair (Thee Oh Sees, White Fence, Ty Segall, The Mallard, Fresh & Onlys etc…). As we know, this San Francisco scene is much too often mixed up with the « new garage generation », but taking a closer look might reveal an unsuspected load of different musical styles, matching logically the tremendous amount of bands of the area, with to each its unique personality.

Melton’s talent, and he’s full of it, lies in the ability to write songs with irresistible melodies, carried and enlightened by a devastating art and sense of the riff. This delicious recipe takes him on a rock and roll, power pop and glam sauce, supported by a hilarious “Rock and Roll High Schoolesque” aesthetics as you can see in the video clips or material of all his projects.

To quickly locate where his career’s at, the resourceful young man already came out with, among various singles or EP’s, a LP with Snake Flowers 2 (2008), 4 with Bare Wires (2009 - 2012), a solo album (2010) and another one with his last band, Warm Soda and their brilliant “Someone for you”, released this year on Castle Face Records.

It was an honor to get to meet him for the first edition of the Parisian City Sound Festival - San Francisco Edition which took place at Le 104 on the 19th and 20th of July. Warm Soda’s performance was a perfectly great and a true fulfilling moment for which we are grateful.
It’s with kindness that Matthew Melton accepted to answer to our questions…

x We’re at the City Sound Festival - San Francisco Edition so could you talk about when you first met with John Dwyer (Thee Oh Sees / Castle Face Records)?

Matthew Melton : Let me think when that was… My first band in San Francisco was called Snake Flower 2 and we played a show with Thee Oh Sees and Jay Reatard, it was like in the first year when I moved there. And then a couple of years later when I had Bare Wires going, we played a couple of shows and started to work together. John Dwyer is awesome, awesome guy. He’s definitely up here in San Francisco’s music scene.

x Could you tell about the passing between Bare Wires and Warm Soda?

MM: Well, we were on tour in the US and our drummer overdosed on drugs and it was really kind of a bad scene. He was in the hospital in poor condition and so we traveled back. I actually left the bass player in Austin, Texas, and dropped him (our drummer) off at his mom’s house In El Paso and I drove back to San Francisco.
And then I just decided I wanted to make a shift in the type of music I was making so I just decided to erase everything and start from the beginning, over again.
That gave me a fresh perspective and a kind of different angle and I’m really glad that I made the transition.

x Could you play Bare Wires’ songs again?

MM: That’s a good question! I’m not really sure if that would ever happen. I wouldn’t be opposed to it, perhaps in the future. But I don’t know, I think I really prefer just moving forward and leaving behind songs more just like evidence instead of always repeating your past, ideas.
For instance we’re already half way complete with the new Warm Soda album.
So we’re working on this and just moving forward. It’s gonna be released in the fall with Castle Face Records and I’ve also got a new solo album ready with 24 songs… To dig back just feels like moving to the wrong direction.


x Let’s talk about Fuzz City, what is it exactly?

MM: Yeah, sure. I traveled around a lot so I’m sort of a vagabond because actually I currently don’t have a home or apartment in any city. But I’ve got this recording studio in Oakland.

At the very first start, I was based in San Francisco. But that was just an 8 track reel-to-reel analog recorder, just in my van. And I was just pulling up to somebody’s house and record them like that. Or we were recording in like the kitchen or in the bathroom, all this kind of crazy places, which was also really cool!

We started the studio and the label Fuzz City Records in 2012 so it’s brand new. We’ve been in Oakland for like a year and a half.
We’ve released a few things on the label but right now, our focus is on the studio because that’s just what it seems to be the most important.
We’re working with bands, like having a band coming and feeling comfortable so they can create in the right environment and go for a certain specific kind of sound or we do also mastering.
I love producing music and just make it sounds and I’m genuinely pleased by the process of creating. That’s keeping me busy lately.

But I don’t know where I go… I could move Fuzz City to anywhere! The cool thing about Oakland and San Francisco is that there are a lot of bands to work with.
But then I have to ask myself the question: why not operate it in… Berlin? in London?… Why not has it to be in a different city every two years?
I’m kind of trying to figure it out like whether I should plant roots or not? When you stay moving, it keeps things interesting, it keeps the life fresh. I’ve been to a lot of places and I don’t know where I would really like to call home yet. I feel I got to see even more, of the world… At least for now I’m still in motion!

x Is there a specific sound philosophy with Fuzz City then?

MM: I definitely think everything should hit the analog tape. It’s a big part of the sound. We use pretty small tape, quarter inch tape that makes a very distinct sound.
We use also a lot of vintage microphones so it has a very sincere sound and we’re not using a lot of digital trickery. We could record and bounced it digitally then bounced it back on the tape. So it has some kind of a finite compressed sound. I think that’s the Fuzz City Sound. It’s like tape saturated, compressed, very finite, definitely in the mid-fi range. So it sounds good, you can hear a lot of dynamics going on but it has got a lot of character too.

x Is the vinyl format important at the end of the process?

MM: I definitely think vinyl is the best format for music. Just simply because of the sound quality and it’s going to last in terms of archival (way). The CD can get scratched in two weeks, digital can be erased, or the power goes out and you have no digital.

x Do you distrust digital stuff?

Nowadays, especially because of iPhones, and with the internet which has become such a focus of culture. Everything is digitized… It’s such a bad thing because it almost forces people to live in the past because everything they see on their iPhone is a record of something that has already occurred. So you’re looking at the past and you’re missing the present which is happening out here.

x Most of the time your songs talk about love, like in a romantic and teenage way (in a naïve and touching meaning)… Do you have a special point of view about that ?

MM: That’s a good question! I usually will write a song not about a specific situation that I’ve had or a specific person but more about a feeling that I felt.
I’ll take this feeling and in order to express it, I’ll imagine that feeling through the eyes of a different character. So I like to make sort of a personify character. I’ll actually invent a type of person or a certain type of feeling or and then sing from this perspective.
I just get this intense feeling and try to make a really genuine expression of it and make sure that it’s very sincere at the risk of maybe sounding like “a cheesy love song”… But that’s a risk I’m willing to take.

x Did you finally find love?

MM: Well, I’m a different kind of person. I’m somebody who sort of has an inability to love and that comes from probably a variety of reasons, including having my heart broken at a very young age, among other things… But I feel like, that is a really good place to come from as a songwriter because I feel that if you find love, you’re not gonna have much interest in writing songs because the intensity will be gone, the tension will be gone. You don’t have that lack that can drive you to make music.

x I read that you were proud to have been in Europe (your parents never been). Today you’re coming back, what is your thinking about here?

MM: Actually my family was from a small town called Melton Mowbray in the UK and they settled in West Memphis, Arkansas, close to the Tennessee in the 1900’s. Since then, they’ve just been really simple people and no one has never really traveled anywhere or done anything. Although there were a lot of musicians in the family so that was one goal for me. I’m the last man in the family line so it will end or begin again with me so I kind of wanted to go out into the world… And I actually met some people last night in London from Melton Mowbray and we had a really interesting connection here between those people…
But yeah, it has always been my dream to travel the world with my songs and I worked really hard to get to this point and I’m gonna just keep going for throttle!

x Any Warm Soda you can advise?

MM: I actually am someone who is concerned with being healthy and I don’t drink soda…
Mainly because it contains high fructose corn syrup which is an awful chemical man made sugar which is very difficult for the human body to process.

x So you drink water?

MM: I drink water, water is awesome. The human body is 70 to 80% of water so it makes sense to keep that flowing into yourself.

Thanks to Ju and Clarisse Vallée

Warm Soda – Fuzz City Life – Interview avec Matthew Melton (@City Sounds Festival – Edition San Francisco)

 English version here

Derrière Warm Soda, se cache Matthew Melton, moustachu le plus cool de la côte ouest US, musicien prolifique et membre hyperactif de la belle écurie Castle Face Records (Thee Oh Sees, White Fence, Ty Segall, The Mallard, Fresh & Onlys etc…). On associe souvent à tort cette scène « San Franciscaine » à la nouvelle génération garage, mais à y regarder de plus près, cela n’a pas de sens tant ses différents groupes touchent à plusieurs genres musicaux.

Le talent de Melton, et il en a un sacré, réside évidemment dans sa facilité à pondre des chansons aux mélodies irrésistibles, portées et enluminées par un art du riff dévastateur. Cette succulente recette l’emmène sur un terrain rock façon power pop et glam, univers soutenu par une esthétique « Rock and Roll High Schoolesque » hilarante comme on peut le voir dans les vidéos clips de ses différents projets.

Pour situer rapidement sa belle et déjà riche carrière, le jeune homme a sorti entre autres singles et EPs, un LP avec les Snake Flower 2 (2008), quatre avec les Bare Wires (2009 à 2012), un solo (2010) et un avec sa dernière formation, Warm Soda et leur brillant « Someone For You » sorti cette année chez Castle Face Records.

Ce fut donc un honneur d’avoir pu le rencontrer à l’occasion de la première et excellente édition du City Sounds Festival, Edition San Francisco qui avait lieu au 104 (19 et 20 Juillet 2013). Le concert des Warm Soda fut d’ailleurs un très beau moment de rock and roll qui nous a comblés au plus haut point.
Et c’est avec beaucoup de sympathie que Matthew Melton a bien voulu répondre à nos questions…

x Nous sommes au City Sounds Festival - Edition San Francisco, peux-tu nous parler de ta rencontre avec John Dwyer (Thee Oh Sees / Castle Face Records) qui est un peu le parrain de cette scène ?

Matthew Melton : Alors que je me rappelle… Mon 1er groupe à San Francisco s’appelait Snake Flower 2 et on avait joué avec Thee Oh Sees et Jay Reatard, ça devait être lors de ma 1ère année quand j’ai emménagé là bas. Quelque temps plus tard, à l’époque de Bare Wires, on a joué plusieurs fois et commencé à travailler ensemble. John Dwyer est un mec génial, et qui fait énormément pour la scène de SF.

x Peux-tu nous raconter le passage de Bare Wires à la création de Warm Soda ?

MM: Et bien, on (ndlr : Bare Wires) était en tournée aux US et notre batteur a fait une overdose. C’était vraiment un sale moment. Il a fini à l’hôpital en mauvais état… Donc on a évidemment dû repartir, j’ai laissé notre bassiste à Austin, déposé notre batteur chez sa mère à El Paso avant de revenir à San Francisco.
Ça a déclenché chez moi, l’envie de donner une autre direction à la musique que je faisais jusqu’à présent, j’ai donc décidé de tout effacer et de repartir de zéro.
Cela m’a donné de nouvelles perspectives et un angle différent, et je suis aujourd’hui bien content d’avoir effectué cette transition.

x Est-ce que tu pourrais reprendre des chansons de Bare Wires? Car vous avez sorti pas mal de choses…

MM : C’est une bonne question ! Je ne sais pas vraiment si ça arrivera un jour bien que je n’y sois pas foncièrement opposé. Pourquoi pas dans le futur ! Mais je ne sais pas, je pense que je préfère aller de l’avant et laisser derrière moi ces chansons, un peu comme des preuves, plutôt que de toujours répéter son passé et ses idées.
C’est important pour moi d’avancer.
Pour l’instant on a presque fini le nouvel album de Warm Soda, je pense qu’il sortira en automne chez Castle Face Records. J’ai aussi 24 chansons prêtes pour mon nouvel album solo. Donc on avance sur tout ça et revenir en arrière, pour moi, serait comme prendre une mauvaise direction.


x Passons à Fuzz City? C’est quoi, exactement ?

MM : Tout d’abord, il faut savoir que j’ai toujours pas mal bougé, je me considère un peu comme un vagabond. Je n’ai d’ailleurs pas de vraie maison ou appartement nulle part. Mais j’ai ce studio d’enregistrement à Oakland.

Au tout début, j’étais basé à San Francisco, mais c’était juste un enregistreur analogique 8 pistes reel-to-reel, posé dans mon van. Et donc j’allais chez les gens et je les enregistrais comme ça. Ou alors on se mettait dans leur cuisine ou la salle de bain, on enregistrait dans plein d’endroits bizarres, c’était assez marrant d’ailleurs !

On est basé à Oakland depuis 1 an et demi avec le studio et le label, Fuzz City Records.
On a sorti quelques trucs sur celui-ci mais, pour l’instant on se consacre principalement à l’enregistrement, c’est ce qui nous semble le plus important.
On travaille avec des groupes, on essaie de leur donner les bonnes conditions pour qu’ils puissent créer dans un environnement stimulant et arriver à un certain son. On fait également du mastering. J’adore travailler avec des musiciens et produire, le processus créatif m’enchante vraiment !

Mais je ne sais pas du tout où je vais… Je pourrais déménager Fuzz City n’importe où ! Le truc cool à Oakland et San Francisco c’est qu’il y a toujours pas mal de groupes avec qui bosser.
Mais je peux me poser la question, pourquoi ne pas faire Fuzz City… à Berlin ? … à Londres ?
Pourquoi ne pas changer de ville tous les deux ans ? Je me pose souvent cette question à savoir si je devrais rester lié à un endroit ou non car le fait de bouger rend les choses intéressantes, ça stimule ta vie.
J’ai été dans pas mal d’endroits et je ne sais vraiment pas où je pourrais vraiment me sentir chez moi. Je pense que je dois encore voir le monde… Au moins pour l’instant je suis toujours en mouvement.

x Est-ce qu’il y a une philosophie particulière en terme de son chez Fuzz City?

MM : Oui définitivement. Je pense que tout doit être enregistré sur des bandes analogiques. Ça joue un gros rôle en terme de son. On enregistre par exemple sur des quarter-inch tapes, ça te donne un son assez caractéristique.
On utilise également pas mal de vieux micros, ça donne quelque chose d’assez « sincère » et on passe très peu par le numérique. On peut enregistrer en analogique et le repasser en numérique pour le retransférer sur de l’analogique par exemple. Au final ça va te donner un son, avec une saturation produite par la bande, compressé, assez délimité et définitivement mid-fi. Je pense que c’est ça le Fuzz City Sound. Ça sonne bien, tu as une bonne dynamique mais aussi beaucoup de caractère !

x Le format vinyle, c’est la finalité de tout ça ?

MM : Je suis définitivement persuadé que le vinyle est le meilleur format pour écouter de la musique. Tout simplement pour la qualité sonore mais également car c’est celui qui durera le plus longtemps (en terme d’archive). Le CD peut se rayer en quelques utilisations, le digital peut être effacé, ou alors tu n’as plus d’électricité et alors plus de numérique.

x Tu es méfiant face aux nouvelles technologies ?

MM : Aujourd’hui, et particulièrement à cause des iPhone et d’internet qui absorbe tellement tout le monde. Tout est digitalisé…
Je pense que ce n’est pas une bonne chose, ça force les gens à vivre dans le passé car tout ce qu’ils voient sur leur iPhone est un enregistrement de quelque chose qui s’est déjà passé. Tu passes ton temps à regarder ton passé et tu loupes le moment présent !

x Au sujet de tes chansons, elles parlent beaucoup d’amour, avec un côté un peu teenage et romantique (au sens touchant et innocent du terme). Quel est ton point de vue par rapport à ça ?

MM : C’est une bonne question ! Il faut savoir que mes chansons ne racontent pas une situation spécifique que j’ai pu vivre ou ne parlent pas d’une personne réelle mais plus d’un sentiment que j’ai pu ressentir.
Je vais prendre ce sentiment et pour pouvoir l’exprimer, je vais l’imaginer à travers le regard de différents personnages. Je vais raconter quelque chose depuis cette perspective. C’est de la personnification.
Je prends un sentiment intense et j’essaie de l’exprimer de façon authentique avec peut-être le risque de sonner comme une chanson d’amour un peu « kitsch ». C’est un risque que j’assume car je sais que ce que j’exprime est sincère.

x Est-ce que tu as finalement trouvé l’amour ?

MM : Disons que je ne suis pas ce type de personne. Je suis quelqu’un qui, en quelque sorte, a une incapacité à aimer. Il y a probablement des raisons à ça, comme par exemple le fait d’avoir eu le cœur brisé très jeune, parmi plein d’autres choses. Mais je trouve aussi que c’est très stimulant en tant que songwriter car je me dis que si tu trouves l’amour, tu auras moins d’intérêt à écrire des chansons, tu manqueras d’une certaine intensité, d’une certaine tension. Tu ne peux pas avoir cette espèce de manque qui peut te pousser à faire de la musique.

x J’ai lu quelque part que tu étais fier d’avoir pu voyager en Europe, sachant que ta famille n’y était jamais allée?

MM : En fait ma famille est originaire d’une petite ville appelée Melton Mowbray en Angleterre. Ils ont émigré à West Memphis, Arkansas, dans les années 1900 et depuis ce temps là, personne n’a jamais bougé ou fait quelque chose. Ce sont des gens assez simple, avec beaucoup de musiciens dans la famille et pour ma part, j’ai toujours eu envie de voyager. Je suis également le dernier dans la lignée, donc ça s’arrêtera ou continuera avec moi, ça a aussi joué. C’est assez drôle d’ailleurs car nous étions hier à Londres et j’ai rencontré des gens qui venaient de Melton Mowbray avec qui j’ai eu une certaine connexion…
Donc oui, ça a toujours été un rêve pour moi de parcourir le monde avec mes chansons, j’ai beaucoup travaillé pour en arriver là et je vais continuer d’en profiter.

x Tu bois quoi comme soda chaud (Warm Soda) ?

MM : En fait, je suis très concerné par ma bonne santé, je ne bois donc pas de soda…
Principalement car cela contient du sirop de maïs à haute teneur en fructose, une sorte de sucre fabriqué chimiquement et très difficile à traiter par le corps humain…

x Donc tu bois de l’eau ?

MM : Je bois de l’eau, l’eau c’est génial. Le corps humain est constitué d’environ 70% d’eau donc ça parait normal de continuer à la faire couler en toi…

Merci à Ju et Clarisse Vallée